Problème d'affichage ? Veuillez passer à une version plus récente de votre navigateur

Display problems? Please use a recent version of your navigator.
REVUE MEDICALE DE LIEGE - ACCUEIL
La Revue Médicale de Liège est un outil de formation médicale continue s'adressant tant aux généralistes qu'aux spécialistes et aux étudiants.

EN FR


2019 - volume 74 (1)

 
Editorial. Que de questionnements à propos de notre avenir

Scheen AJ

Rev Med Liege 2019, 74(1),1-3

Résumé non disponible

L’image du mois. «CAPI» : Cancer de Primitif Inconnu

Schumacher C , Lampertz S , Aidji EG , Badea L

Rev Med Liege 2019, 74(1),4-6

Résumé non disponible

Comment je traite … les toxicités mucocutanées des thérapies ciblées en oncologie

Damsin Th , Collignon J , Lebas E , Libon F , Dezfoulian B , Nikkels AF

Rev Med Liege 2019, 74(1),7-14

Résumé : Le spectre des effets indésirables mucocutanés des thérapies ciblées (hors immunothérapies), comme les anti-EGFR, anti-VEGF, anti-TK et anti-BRAF, présente des similarités avec celui des traitements chimiothérapeutiques classiques, mais également des lésions plus spécifiques. Cet article abordera les toxicités dermatologiques des thérapies ciblées, à l’aide de 11 illustrations cliniques : les mucites et toxicités endobuccales, les éruptions acnéiformes, les modifications et complications unguéales, le syndrome main/pied, la radiosensibilisation, les alopécies, la xérose et les fissures cutanées. Après une brève description clinique et quelques notions théoriques, la prise en charge dermatologique est détaillée.

Le cas clinique du mois. Piège diagnostique d’une protéinurie chez un patient diabétique

Ernst M , Sibille A , Grosch S , Bovy C , Philips JC , Jouret F

Rev Med Liege 2019, 74(1),15-19

Résumé : La néphropathie diabétique est une complication qui affecte 25 à 40 % des patients diabétiques. Cette complication est classiquement associée à d’autres atteintes microangiopathiques. Nous rapportons ici l’histoire d’un patient diabétique de type 2 présentant une protéinurie sans signes de rétinopathie. Ce cas permet de discuter des différentes étiologies d’une protéinurie chez les patients diabétiques, en particulier chez les patients sans rétinopathie.

Le cas clinique du mois. Paralysie périodique thyrotoxique

Kisoka G , Bertrand X

Rev Med Liege 2019, 74(1),20-22

Résumé : La paralysie périodique thyrotoxique (PPT) est une maladie affectant généralement les hommes d’origine asiatique entre 20 et 50 ans. Elle est secondaire à des mutations génétiques de certains canaux ioniques permettant le transport du sodium et du potassium. Elle se caractérise par la survenue d’accès récurrents et brutaux de parésie/paralysie flasque, sans atteinte sensitive, dans un contexte d’hyperthyroïdie. Les crises touchent préférentiellement les muscles proximaux et sont très souvent associées à une hypokaliémie parfois sévère. Cette maladie n’a toutefois que rarement des répercussions graves, sauf en cas de faiblesse extrême des muscles respiratoires ou d’arythmie cardiaque induite par l’hypokaliémie. Le traitement des troubles ioniques, suivi de la correction de l’hyperthyroïdie, conduit à la disparition complète des symptômes.

Pourquoi l’arrêt du tabac est-il difficile pour les fumeurs souffrant de schizophrénie ? Comment mieux les prendre en charge ?

Underner M , Perriot J , Peiffer G , Harika-Germaneau G , Jaafari N

Rev Med Liege 2019, 74(1),23-27

Résumé : La consommation de tabac est beaucoup plus élevée parmi les patients souffrant de schizophrénie comparativement à la population générale. Ces patients inhalent plus profondément la fumée et extraient une importante quantité de nicotine de la cigarette. Ils présentent une forte dépendance tabagique et leurs tentatives d’arrêt du tabac sont plus fréquemment marquées par des échecs. La poursuite de la consommation les expose particulièrement au risque de maladies et de mortalité en lien avec le tabagisme. Diverses hypothèses sont avancées pour expliquer l’association entre la schizophrénie et le tabagisme : le tabagisme et/ou la nicotine paraissent compenser certains déficits cognitifs dus à la maladie ou corriger des événements indésirables des anti-psychotiques. De plus, des facteurs génétiques, des traits de personnalité et des facteurs sociaux culturels paraissent conjointement impliqués dans la maladie mentale et l’usage du tabac. Le sevrage tabagique qui n’aggrave pas la maladie associe les prises en charge psycho-sociales et les médicaments d’aide à l’arrêt; il peut être aidé par l’usage de la cigarette électronique et la pratique de l’exercice physique. Les professionnels doivent assurer un suivi personnalisé de longue durée.

Etude des motifs d’admission au service des Urgences d’une cohorte de patients infectés par le VIH suivis au CHU de Liège

Pirotte B , Frippiat F , Darcis G , Rassenfosse M , Fombellida K , Maes N , Moerman F , Moutschen M

Rev Med Liege 2019, 74(1),28-35

Résumé : L’utilisation du département des urgences (DU) par les adultes infectés par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) évolue suite à l’instauration des traitements antirétroviraux (TAR). Nous avons besoin d’améliorer nos connaissances à ce sujet et d’en savoir plus sur le diagnostic de ces patients lorsqu’ils quittent le service d’urgence. Nous avons réalisé une étude rétrospective sur une durée d’un an et qui s’intéresse aux caractéristiques de l’utilisation du DU par 1.026 patients vivant avec le VIH. La majorité d’entre eux était sous traitement anti-rétroviral (95 %) et avait une charge virale inférieure à 50 copies (73,6 %). Parmi eux, 117 (11,8 %) se sont présentés au moins une fois au DU. Les principaux motifs d’admission étaient d’ordre traumatologique (30 %). Cette étude montre que la grande majorité des motifs d’admission au DU des patients vivant avec le VIH n’était pas en rapport avec des pathologies infectieuses (seulement 6,3 %, dont la moitié directement liées au VIH). Une hypothèse pour expliquer ces résultats serait que les patients étudiés bénéficiaient d’une excellente couverture anti-rétrovirale et étaient bien contrôlés en termes de VIH.

Evaluation du bénéfice d’un programme supervisé d’exercices chez des patients recevant une thérapie de déprivation androgénique pour un cancer prostatique

Caty G , Salazar Gajardo S , Butoescu V , Nonclercq O , Tombal B

Rev Med Liege 2019, 74(1),36-40

Résumé : L’adénocarcinome de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l’homme en Belgique. Son traitement repose essentiellement sur l’hormonothérapie par déprivation androgénique qui s’accompagne d’un certain nombre d’effets indésirables (e.a. obésité sarcopénique, ostéoporose). Nous avons évalué les bénéfices d’un programme supervisé combinant exercices d’endurance et de résistance sur ces effets indésirables, la participation et la qualité de vie chez vingt-sept patients atteints d’un cancer de la prostate traités par hormonothérapie. Nous observons une amélioration significative de la pression artérielle systolique, de l’endurance musculaire au niveau des quadriceps et des ischio-jambiers, de l’endurance cardio-respiratoire, de la distance parcourue au test de marche de six minutes et des symptômes de dépression.

Les norovirus, ces entéro-pathogènes épidémiques mondiaux méconnus

Huynen P , Mauroy A , Melin P , Thiry E

Rev Med Liege 2019, 74(1),41-41

Résumé : Découverts dans les années 1970, les norovirus humains (NoV) sont reconnus comme les principaux agents pathogènes responsables de toxi-infections d’origine alimentaire et d’épidémies de gastro-entérites au niveau mondial. Ils infectent toutes les tranches d’âge. Chez les enfants de moins de 5 ans, bien que le rotavirus reste actuellement la première cause de gastro-entérites virales, force est de constater que les NoV sont en passe d’en devenir la première cause dans les pays où la vaccination contre le rotavirus a été introduite. Le traitement des gastro-entérites virales est symptomatique. L’élément clé face aux infections à NoV est de limiter leur transmission. La prévention des infections à NoV repose principalement sur l’application de mesures d’hygiène des mains adéquates et la désinfection de l’environnement contaminé. Lors des épidémies de gastro-entérites aiguës, l’identification précoce des NoV par des méthodes de laboratoire rapides ou de biologie moléculaire est primordiale afin de mettre en place rapidement les mesures d’hygiène permettant de limiter leur propagation. La diversité antigénique des NoV et le manque d’immunité protectrice à long terme rendent la mise au point de vaccins difficile.

Comment j'explore … Les modifications biologiques dans les pathologies infiltrantes pulmonaires

Gester F , Duysinx B , Von Frenckell C , Louis R , Guiot J

Rev Med Liege 2019, 74(1),47-53

Résumé : Les pathologies infiltrantes diffuses pulmonaires (PID) font partie d’une entité clinico-pathologique vaste et hétérogène. L’enjeu de la mise au point est d’exclure une granulomatose ou une étiologie secondaire, qu’elle soit de cause connue ou inconnue, avant de conclure à une PID idiopathique. Le diagnostic étiologique repose sur une approche multidisciplinaire intégrant un faisceau d’arguments issus de l’évaluation clinique et paraclinique. En cas de doute diagnostique, une biopsie pulmonaire est proposée par voie endotrachéale de type cryobiopsie ou par voie chirurgicale vidéo-assistée. Cette revue de littérature met principalement en exergue les éléments à rechercher d’un point de vue biologique chez un patient atteint d’une PID.

L’étude clinique du mois. L’étude IMPACT dans la bronchopneumopathie chronique obstructive

Corhay JL

Rev Med Liege 2019, 74(1),54-60

Résumé : La place de la trithérapie bronchodilatatrice et anti-inflammatoire, comprenant un bêta-2 mimétique à longue durée d’action (LABA), un anticholinergique à longue durée d’action (LAMA) et un corticostéroïde inhalé (CSI), dans la prévention des exacerbations de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) n’est pas encore clairement établie, et nécessite une comparaison avec les associations de LABA-CSI ou les combinaisons LABA-LAMA. IMPACT est une étude randomisée en double aveugle de phase 3 comparant la trithérapie (LABA-LAMA-CSI) en un seul inhalateur (vilantérol 25 ?g/ uméclidinium 62,5 ?g/fluticasone furoate 100 ?g) avec une association LABA-CSI (vilantérol 25 ?g-fluticasone furoate 100 ?g) et une combinaison LABA-LAMA (vilantérol 25 ?g/uméclidinium 62,5 ?g) sur la réduction du taux d’exacerbations comme critère de jugement primaire, mais aussi sur la fonction respiratoire, la qualité de vie, la dyspnée et la mortalité. La trithérapie entraîne une diminution significative du taux d’exacerbations modérées ou sévères, améliore la dyspnée, la fonction respiratoire et la qualité de vie par rapport à l’association fluticasone-vilantérol et la bithérapie bronchodilatatrice uméclidinium-vilantérol chez des patients BPCO symptomatiques et présentant des exacerbations, tout en étant bien tolérée. Finalement, l’étude IMPACT apporte une évidence clinique aux directives du GOLD proposant la trithérapie chez des patients BPCO symptomatiques présentant toujours des exacerbations malgré une bithérapie.

Centre hospitalier universitaire de Liège Revue Médicale de Liège depuis 1946
ISSN : 0370-629X et e-ISSN : 2566-1566
Rédacteur en chef : A.Scheen
Copyright : Revue Médicale de Liège 2002
Dernière modification : 25-01-2019
Université de Liège