Problème d'affichage ? Veuillez passer à une version plus récente de votre navigateur

Display problems? Please use a recent version of your navigator.
REVUE MEDICALE DE LIEGE - ACCUEIL
La Revue Médicale de Liège est un outil de formation médicale continue s'adressant tant aux généralistes qu'aux spécialistes et aux étudiants.

EN FR


2017 - volume 72 (10)

 
L’image du mois: Souvenir de voyage

F. Colson , N. Boufflette , J. Somja , M.-P. Hayette , A.F. Nikkels

Rev Med Liege 2017, 72(10),429-431

Résumé non disponible

Le cas clinique du mois : Thrombose veineuse profonde d’effort du membre supérieur : prise en charge du syndrome de Paget-Schroetter au service des Urgences

D. Ali , B. Cardos

Rev Med Liege 2017, 72(10),432-435

Résumé : Nous rapportons le cas d’une phlébite d’effort du membre supérieur compliquant un syndrome de la traversée thoraco-brachiale chez un patient de 44 ans. L’apparition de cette complication a été brutale. Un bilan clinique et iconographique par phlébographie a permis de poser le diagnostic rapidement. C’est une affection rare qui suscite une morbidité importante si elle n’est pas traitée de façon adéquate. Une prise en charge médicale et interventionnelle appropriée a été mise en oeuvre dans les plus brefs délais. Nous envisageons les moyens de prise en charge rapide et l’intérêt essentiel de la fibrinolyse in situ en urgence.

Le cas clinique du mois : Diagnostic difficile d’une maladie d’Erdheim Chester révélée par un diabète insipide central

W. Alaya , B. Zantour , W. Ben Salem , W. Chebbi , H.-M. Sfar

Rev Med Liege 2017, 72(10),436-438

Résumé : La maladie d’Erdheim Chester est une forme rare d’histiocytose non langerhansienne. Par sa rareté et son tableau clinique peu spécifique, son diagnostic est souvent retardé. Nous rapportons le cas d’une patiente âgée de 50 ans ayant une maladie d’Erdheim Chester révélée par un diabète insipide central avec épaississement de la tige pituitaire à l’IRM cérébrale et insuffisance gonadotrope associée. Cette maladie a été suspectée devant l’association d’autres atteintes systémiques évocatrices : des lésions cutanées à type de xanthélasmas sus-palpébraux de couleur jaune-orange et une atteinte osseuse au niveau métaphyso-diaphysaire des extrémités supérieures et inférieures des deux fémurs et tibias objectivée à la scintigraphie osseuse. La confirmation du diagnostic était initialement difficile et retardée, avec des biopsies cutanée et osseuse initialement non concluantes. C’est la relecture histologique avec étude immuno-histochimique des biopsies osseuses qui ont permis le diagnostic en montrant des histiocytes positifs pour le CD68 et négatifs pour le CD1a et la protéine S100. Le diagnostic positif a été posé avec un retard de 3 ans par rapport à la première consultation. En conclusion, bien que rare, la maladie d’Erdheim Chester devrait être suspectée devant un faisceau d’arguments cliniques et radiologiques. La confirmation diagnostique repose sur l’étude histologique et, surtout, immuno-histochimique.

Diabète et ramadan: Conséquences du jeûne et aspects pratiques de la prise en charge

S. Bessemans , N. Paquot

Rev Med Liege 2017, 72(10),439-443

Résumé : Beaucoup de patients Musulmans diabétiques choisissent de jeûner durant le Ramadan, en dépit de recommandations qui conseillent à certains patients de s’abstenir en fonction de facteurs de risque établis. Le jeûne expose, en effet, le sujet diabétique à des complications aiguës majeures, dont l’acidocétose diabétique et les hypoglycémies sévères. Les patients diabétiques devraient, dès lors, bénéficier d’une prise en charge individualisée dès avant le Ramadan comprenant, entre autres éléments, une évaluation du risque et une éducation spécifique. Il convient, en particulier, d’adapter le traitement pharmacologique en vue de limiter la survenue de ces complications aiguës.

Les syndromes SCAR majeurs

G.E. Piérard , M. Lesuisse , C. Piérard-Franchimont

Rev Med Liege 2017, 72(10),444-447

Résumé : Certaines toxidermies sont fréquentes et ont un décours indolent, alors que d’autres grèvent de manière sévère le pronostic vital. En revanche, les syndromes SCAR sont des toxidermies médicamenteuses graves qui sont rares, mais dont le pronostic vital est réservé. Ils concernent trois entités distinctes qui sont l’ancien syndrome de Lyell, actuellement identifié comme SJS-NET (syndrome de Stevens-Johnson/nécrolyse épidermique toxique), le syndrome DRESS (drug reaction with eosinophilia and systemic symptoms) et le syndrome AGEP (acute generalized exanthematous pustulosis).

Utilisation de l’oxynorm® instant versus tradonal® odis, antalgiques de Palier 2 dans un service d’urgence : une étude monocentrique comparative, randomisée en double aveugle, de non-infériorité

C. Van Brussel , Q. Delefortrie , B. Kerzmann , C. Grégoire , J.-F. Adam

Rev Med Liege 2017, 72(10),448-453

Résumé : La douleur est l’un des motifs de consultation le plus fréquent en salle d’urgence. Au sein du palier 2, l’utilisation du tramadol est la plus fréquente malgré ses effets secondaires fréquents. Des données de la littérature suggèrent une équivalence en termes d’analgésie entre l’oxycodone et le tramadol. Nous avons tenté de montrer la non-infériorité de l’oxycodone (Oxynorm® instant) en comparaison au tramadol (Tradonal® odis) dans un service d’urgence. Cette étude est prospective monocentrique randomisée menée au sein d’une population de patients désignés comme ambulants. Les patients inclus recevaient 1 g de paracétamol et une dose de tramadol ou d’oxycodone ajustée au poids corporel. Une échelle numérique simple (EN), outil d’évaluation de la douleur, a été réalisée toutes les 30 minutes, accompagnée par la prise des paramètres cliniques. Nous avons étudié un total de 121 patients. La moyenne de la différence entre la moyenne de ?EN du groupe oxycodone et la moyenne de ?EN du groupe tramadol est de -1,47 (IC à 95 % -9,42 – 6,48). L’intervalle de confiance ne vient pas croiser la valeur de -10 fixée comme la perte d’efficacité acceptable, ce qui nous permet de conclure à la non-infériorité de l’oxycodone par rapport au tramadol. Il n’y a pas d’association significative entre le traitement et le fait de présenter des effets secondaires.

Implantation précoce d’une prothèse pénienne comme traitement optimal du Priapisme réfractaire à bas débit

M. Dormal , R. Andrianne , M. Sempels , D. Waltregny

Rev Med Liege 2017, 72(10),454-456

Résumé : Le priapisme à bas débit est une urgence urologique car il conduit inévitablement à la fibrose des corps caverneux et donc à une dysfonction érectile totale. Différentes méthodes de détumescence existent allant de la ponction évacuatrice, le lavage avec ou sans agent vasoconstricteur à la chirurgie de «shunting». En cas d’échec de ces manoeuvres ou en cas de priapisme de plus de 36 heures, les recommandations actuelles sont de proposer au patient motivé l’implantation précoce d’une prothèse pénienne pour optimiser la satisfaction sexuelle ultérieure.

Comment j’explore... Cone Beam CT Nouvel outil dans l’imagerie diagnostique

M. De Marneffe , Marina Milicevic , Mladen Milicevic

Rev Med Liege 2017, 72(10),457-461

Résumé : Le but de cet article est de présenter les avantages de la tomographie computérisée à faisceau conique (CBCT) par rapport à la tomographie computérisée (CT) classique et de rapporter quelques applications cliniques. Inventé pratiquement pour les dentistes, en particulier pour l’implantologie, le CBCT a trouvé une indication incontournable dans l’imagerie des sinus, de la chirurgie maxillo-faciale et orale, en parodontologie, endodontie et orthodontie. Le CBCT s’est avéré utile également dans l’imagerie des lésions de différentes origines des mâchoires avec, toutefois, une réserve concernant le bilan d’atteinte des tissus mous (dans ce cas, une IRM - ou un CT avec injection de produit de contraste - serait préférable). Dernièrement, l’application du CBCT s’est élargie à l’imagerie du rocher et, même, des petites articulations des extrémités.

Vignette thérapeutique de l’étudiant Comment prescrire un médicament antidiabétique oral chez un patient diabétique de type 2 avec insuffisance rénale ?

A.J. Scheen , N. Paquot

Rev Med Liege 2017, 72(10),462-468

Résumé : Les patients avec un diabète de type 2 (DT2) et une insuffisance rénale chronique (IRC) sont de plus en plus nombreux, notamment parmi les sujets âgés. De façon étonnante, ce problème est souvent méconnu, voire négligé, lors de la prise en charge en pratique clinique. Pourtant, la plupart des antidiabétiques oraux (ADO) ont des limites d’utilisation en cas de diminution de la fonction rénale, soit parce qu’ils nécessitent une réduction de la posologie, soit parce qu’ils sont contre-indiqués essentiellement pour des raisons de sécurité. Cette vignette clinique a pour but de discuter les modalités d’utilisation et précautions à prendre lors de la prescription des ADO les plus utilisés, la metformine, les insulinosécrétagogues (sulfamides, répaglinide), les inhibiteurs de la dipeptidyl peptidase-4 (gliptines) et les inhibiteurs des cotransporteurs sodium-glucose de type 2 (gliflozines) chez un patient avec un DT2 et une IRC.

Centre hospitalier universitaire de Liège Revue Médicale de Liège depuis 1946
ISSN : 0370-629X et e-ISSN : 2566-1566
Rédacteur en chef : A.Scheen
Copyright : Revue Médicale de Liège 2002
Dernière modification : 23-10-2017
Université de Liège