Problème d'affichage ? Veuillez passer à une version plus récente de votre navigateur

Display problems? Please use a recent version of your navigator.
REVUE MEDICALE DE LIEGE - ACCUEIL
La Revue Médicale de Liège est un outil de formation médicale continue s'adressant tant aux généralistes qu'aux spécialistes et aux étudiants.

EN FR


2017 - volume 72 (12)

 
L'image du mois. Dermatopathomimie.

F. Elghazouani , M. Barrimi , H. Hlal

Rev Med Liege 2017, 72(12),521-521

Résumé non disponible

Le cas clinique du mois. Endocardite à Aggregatibacter aphrophilus sur prothèses valvulaires.

B. Deleixhe , F. Frippiat , P. Léonard , N. Withofs , C. Meex , L. Piérard , M. Moutschen

Rev Med Liege 2017, 72(12),522-528

Résumé : Nous rapportons la troisième observation clinique de la littérature d’une endocardite sur prothèses mécaniques mitrale et aortique due à l’Aggregatibacter aphrophilus (Haemophilus aphrophilus-paraphrophilus). Le pathogène récemment rebaptisé Aggregatibacter aphrophilus fait partie du groupe HACEK (Haemophilus spp., Aggregatibacter, Cardiobacterium hominis, Eikenella corrodens and Kingella spp.) impliqué dans des endocardites valvulaires de diagnostic difficile. Cette histoire clinique est l’occasion d’une revue de la littérature et des spécificités de ce pathogène. Elle met en exergue la contribution de la tomographie à émission de positons combinée à une tomodensitométrie dans le diagnostic et le suivi. Elle démontre, avec un recul de plus de deux ans, l’efficacité du traitement médical dans certaines endocardites sur prothèse.

Le cas clinique du mois. Obstruction urinaire basse : attention à la levée d’obstacle !

M. Piraprez , K. Quinonez , M. Sempels , D. Waltrégny , J.-M. Krzesinski , F. Jouret

Rev Med Liege 2017, 72(12),529-533

Résumé : Le syndrome de levée d’obstacle urinaire correspond à une polyurie et une natriurèse massives survenant lors du drainage des voies urinaires dans le cadre d’une insuffisance rénale obstructive. Cette complication doit être rapidement détectée vu les risques de répercussions hémodynamiques sévères. A partir d’une observation clinique, nous décrivons la physiopathologie et la prise en charge diagnostique et thérapeutique du syndrome de levée d’obstacle.

Incidence et traitement des complications observées après résections endoscopiques muqueuses des tumeurs digestives superficielles dans un Centre Hospitalier Régional

J. M. Deflandre , B. Delhougne , B. Servais , V. Putzeys , A. Vijverman , H. Lu An , M. Demarche , F Croës , C. Brixko , C. Gillard , C. Rinken , A. De Roover , D. Dresse , A. Frère

Rev Med Liege 2017, 72(12),534-539

Résumé : La résection par mucosectomie et dissection sous-muqueuse des tumeurs digestives superficielles n’entraîne que très peu de complications selon les résultats obtenus dans les centres experts. Ce travail rapporte le taux de complications observé dans un centre hospitalier régional, comparant également les résultats de leur prise en charge. Les 100 premiers patients ayant été traités par mucosectomie et dissection sous-muqueuse, effectuées selon les techniques classiques, ont été étudiés. Les complications habituelles (sténoses, hémorragies et perforations) ont été répertoriées ainsi que les détails de leur traitement. Le taux global de complications est de 16 %. Les sténoses symptomatiques affectent 4 % des patients. Les hémorragies secondaires surviennent dans 5 % des cas. La prise en charge endoscopique de ces complications est efficace dans tous les cas, lorsqu’elle est tentée. Les perforations compliquent 7 % des procédures. Deux patients ont été confiés à la chirurgie, avec succès, les 5 autres patients ont été traités par sutures endoscopiques sans séquelle. Le taux de complications observé dans notre service est comparable aux résultats rapportés par les centres occidentaux de référence. Leur prise en charge endoscopique est régulièrement efficace et le recours à la chirurgie est peu fréquent.

Quel est l’intérêt des lasers de basse énergie dans le traitement de l’alopécie androgéno-génétique ?

Ph. Paquet , M. Orduz , C. Franchimont , A.F. Nikkels

Rev Med Liege 2017, 72(12),540-546

Résumé : L’alopécie androgéno-génétique est une pathologie très fréquente du cuir chevelu, touchant aussi bien l’homme que la femme et amenant souvent une détresse psychologique intense. Les traitements médicamenteux (minoxidil topique, inhibiteurs de la 5-? réductase per os) ne sont pas constamment efficaces et peuvent induire des effets secondaires significatifs. Le traitement local par laser de basse énergie est susceptible d’améliorer les résultats thérapeutiques, tant dans l’alopécie androgéno-génétique masculine que féminine. Les modes d’action de ce type de traitement, les résultats obtenus à ce jour dans les principales études cliniques et les rares manifestations indésirables sont présentés ici.

L’hypophosphatasie

A. Winckert , L. Vranken , F. Boemer , J. Courtois , E. Cavalier

Rev Med Liege 2017, 72(12),547-551

Résumé : L’hypophosphatasie (HPP) est une pathologie héréditaire rare caractérisée par une diminution de l’activité enzymatique de la phosphatase alcaline (PAL). La maladie entraîne, principalement, de multiples défauts de minéralisation du squelette conduisant à des fragilités osseuses, qui s’exprimeront à des degrés plus ou moins sévères et permettront de caractériser différentes formes d’HPP. Malheureusement, la prévalence de cette pathologie reste probablement sous-estimée et son diagnostic doit être pluridisciplinaire, en prenant en compte les dosages biochimiques, l’histoire clinique du patient ainsi que des iconographies radiologiques. C’est donc dans une optique de diagnostic que nous avons réalisé un screening rétrospectif au sein du laboratoire de chimie clinique du CHU de Liège. Le but de cette étude était d’identifier des patients potentiellement atteints par cette pathologie sur base de leurs dosages biochimiques et d’une clinique évocatrice afin de proposer un dépistage génétique. Malheureusement, aucun cas n’a pu être formellement identifié, ce qui témoigne de la difficulté d’établir un diagnostic des formes légères rencontrées et ce, principalement chez l’adulte.

Vieillesse et fatigue de vivre. La lassitude chez la personne âgée.

N. Van Den Noortgate , P. Vanden Berghe , J. De Lepeleire , G. Ghijsebrechts , J. Lisaerde , A. Beyen en collaboration avec le groupe de travail Soins Palliatifs et Gériatrie (Palliatieve zorg en Geriatrie, PaGe) de la Fédération des Soins palliatifs

Rev Med Liege 2017, 72(12),562-563

Résumé : La fatigue de vie chez la personne âgée peut susciter le désir de mourir. Ce document, destiné aux médecins, est un manuel pratique sur cette problématique. Il faut rechercher les facteurs de risque physiques, psychiques et socioéconomiques de la lassitude pour évaluer dans quelle mesure ils sont réversibles et peuvent être traités. L’étiologie de la lassitude étant souvent multifactorielle, il est souhaitable que son évaluation soit multidisciplinaire, tout comme son approche. Le prestataire de soins doit chercher à savoir si la lassitude est responsable d’une souffrance sans issue et insupportable. Le fait que la souffrance soit sans issue doit être évalué de manière professionnelle pour répondre à la question de savoir si une perspective de traitement et de soins est encore présente, ce qui est souvent objectivable. Le fait que la souffrance soit insupportable est strictement personnel et toujours subjectif. L’éventuelle prise en compte d’une demande d’euthanasie en cas de fatigue de vivre est déterminée par les critères de la législation actuelle sur l’euthanasie, la réversibilité des causes sous-jacentes de la lassitude et le caractère insupportable de la souffrance. Si, comme cela arrive de temps à autre, la demande d’euthanasie se situe en dehors du cadre proposé, l’avis multidisciplinaire mûrement réfléchi d’un comité d’éthique est alors souhaitable.

Comment j’explore … La complémentarité entre essais cliniques contrôlés et registres observationnels : l’exemple des études de prévention cardiovasculaire avec les inhibiteurs des SGLT2

A.J. Scheen , Ph. Ernest , B. Jandrain

Rev Med Liege 2017, 72(12),563-568

Résumé : La médecine factuelle (médecine basée sur les preuves ou EBM) se fonde, essentiellement, sur les résultats des essais cliniques contrôlés. Si ceux-ci offrent des garanties de fiabilité, notamment en minimisant l’influence des facteurs de confusion et des biais potentiels, ils ont également leurs limites. Les bases de données observationnelles, disponibles dans des registres de vraie vie, si possible prospectifs, peuvent apporter certaines solutions, mais sont exposées à d’autres limitations. Cet article compare les avantages et inconvénients des deux sources d’information qui, idéalement, doivent être complémentaires. La discussion des études des deux types, récemment publiées à propos de la protection cardiovasculaire apportée par les inhibiteurs des co-transporteurs sodium-glucose de type 2 (SGLT2 ou gliflozines) chez des patients diabétiques de type 2, sera prise comme exemple pour illustrer le propos.

Centre hospitalier universitaire de Liège Revue Médicale de Liège depuis 1946
ISSN : 0370-629X et e-ISSN : 2566-1566
Rédacteur en chef : A.Scheen
Copyright : Revue Médicale de Liège 2002
Dernière modification : 21-12-2017
Université de Liège