Problème d'affichage ? Veuillez passer à une version plus récente de votre navigateur

Display problems? Please use a recent version of your navigator.
FR
num_id
RMLG -
La Revue Médicale de Liège est un outil de formation médicale continue s'adressant tant aux généralistes qu'aux spécialistes et aux étudiants.

EN FR

2020 - volume 75 (2)

 
L’image du mois. La rétinite pigmentaire

Bruninx R, Lepièce G

Rev Med Liege 2020, 75(2),73-74

Résumé : La rétinite pigmentaire est la dystrophie héréditaire de la rétine la plus fréquente, avec une prévalence de 1/4.000. Elle est caractérisée par la perte progressive des photorécepteurs, d’abord de type bâtonnet, puis de type cône. Finalement, une cécité complète peut survenir. La transmission génétique est connue, mais la plupart des cas sont d’origine sporadique. Il existe peu de traitement à l’heure actuelle et un suivi en centre de rééducation pour basse vision sera nécessaire.

Le cas clinique du mois. Complication hémorragique d’une forme sévère de maladie de moyamoya

Angelozzi V, Germay C, Gilbert A, Brasseur E, Ghuysen A, D’Orio V

Rev Med Liege 2020, 75(2),75-77

Résumé : La maladie de moyamoya est une vasculopathie cérébrale souvent méconnue. Sa découverte est majoritairement brutale dans les suites de la survenue d’un accident vasculaire ischémique ou, dans certains cas, hémorragique. L’artériographie est l’examen de choix pour confirmer le diagnostic. Différentes approches thérapeutiques ont été proposées, qu’elles soient médicamenteuses, endoscopiques ou chirurgicales. Nous présentons le cas d’une jeune patiente chez qui un diagnostic de maladie de moyamoya a été posé dans le décours d’une hémorragie cérébrale avec altération rapide de l’état de conscience.

Le cas clinique du mois. Lésion cytotoxique du corps calleux (CLOCC) dans un contexte de méningite virale

Hoëffelin H, Marchetti P, Khamis J, Reginster P

Rev Med Liege 2020, 75(2),78-82

Résumé : Nous rapportons le cas d’une jeune patiente de 16 ans admise dans le service des Urgences pour céphalées, nausées et vomissements, d’installation brutale. Après confrontation clinico-biologique, le diagnostic de méningite virale (aseptique) est posé. Lors du bilan initial, plusieurs examens complémentaires et imageries cérébrales (TDM, IRM) ont été réalisées dans le décours de la prise en charge, démontrant une lésion focale du splénium du corps calleux, d’aspect transitoire et spontanément résolutive, lors de contrôles itératifs. L’IRM est la modalité qui a permis de mettre en évidence, de manière formelle, cette lésion calleuse. En termes de signal, cette lésion est caractérisée par une hyperintensité sur les séquences FLAIR/T2 et une restriction de la diffusion (œdème cytotoxique). Aucune autre anomalie de signal ou lésion malformative n’ont été mises en évidence. Le diagnostic iconographique de «lésion cytotoxique du corps calleux» (CLOCC pour «Cytotoxic lesion of the corpus callosum») a été posé.

SALOMON, un modèle coopératif entre la première et la seconde ligne de soins pour les appels d’urgence nocturnes

Brasseur E, Gilbert A, Servotte JC, Ghuysen A, D’Orio V

Rev Med Liege 2020, 75(2),83-88

Résumé : L’objectif de notre étude est d’apporter une réponse originale à la problématique de la permanence médicale de première ligne liée au vieillissement médical et à la charge de travail croissante. Nous proposons, à cet effet, la mise en place d’une interface de régulation des appels en période critique (nuit profonde) au moyen d’un outil algorithmique original dénommé SALOMON («Système Algorithmique Liégeois d’Orientation pour la Médecine Omnipraticienne Nocturne»). En fonction du degré de gravité supputé, la plateforme propose l’orientation optimale du patient parmi quatre options possibles : renvoi de la demande vers le centre d’appel unifié 112 et prise en charge par les moyens de l’Aide Médicale Urgente (AMU), orientation du malade vers un service d’urgence spécialisé (SUS) de son choix pour une Mise Au Point Hospitalière (MAPH), mise en Contact avec le Médecin Généraliste de garde (CMG) ou enfin prise en charge par une Visite Différée (VD) via le médecin de famille. Après une description de l’outil, nous présentons l’étude de faisabilité qui a porté sur une période de 12 mois. Cette étude préliminaire était destinée à vérifier la robustesse de SALOMON avant de prévoir, le cas échéant, sa diffusion au sein d’une zone plus vaste. Les résultats préliminaires suggèrent une grande fiabilité de SALOMON. Nous avons également observé que son utilisation était associée à un réel état de satisfaction de l’ensemble des acteurs impliqués, qu’ils aient été infirmiers dispatcheurs ou médecins généralistes. Sous réserve d’une étude à plus grande échelle, les bénéfices actuellement notés en matière d’épargne de ressources humaines durant la garde de première ligne ont rapidement entraîné la fusion de deux zones de garde.

Activité physique chez les seniors : quels impacts sur les critères gériatriques ?

Habchi H, Lorenzo-Villalba N, Andres E, Zulfiqar AA

Rev Med Liege 2020, 75(2),89-93

Résumé : La population âgée est en augmentation croissante dans nos sociétés. Les politiques de prévention sont fortement soutenues par les pouvoirs publics et l’une d’entre elles est la promotion de l’activité physique. Nous détaillons, au travers d’une revue de littérature, l’impact de l’activité physique sur les principaux critères gériatriques.

Endocardite infectieuse à Streptococcus agalactiae

Tajildin R, Marchetta S, Frippiat F, Lancellotti P

Rev Med Liege 2020, 75(2),94-99

Résumé : L’endocardite infectieuse est une pathologie rare dont la mortalité est élevée et dont le diagnostic reste encore difficile par les outils cliniques, biologiques et échographiques habituels. Nous rapportons le cas d’un patient, toxicomane, souffrant d’une endocardite infectieuse de la valve aortique à Streptococcus agalactiae. Ce germe est rarement à l’origine d’infection cardiaque, mais il est responsable de lésion rapidement destructrice par des mécanismes physiopathologiques qui lui sont propres. Dans ce cas particulier, cette infection a, malheureusement, occasionné le décès du patient.

Stratégie et modalités d’aide à l’arrêt du tabac chez les fumeurs tuberculeux

Perriot J, Underner M, Peiffer G, Flaudias V

Rev Med Liege 2020, 75(2),100-104

Résumé : La tuberculose et le tabagisme sont à l’origine d’une lourde mortalité dans le monde. La fumée du tabac augmente les risques d’infection à Mycobacterium tuberculosis et de tuberculose active, appelée tuberculose-maladie (TM) dont le risque de tuberculoses pulmonaires sévères, à bacilles résistants et des décès dus à cette maladie. Les patients fumeurs atteints de tuberculose ont une moins bonne observance du traitement antituberculeux que les non-fumeurs. Dans les pays à forte incidence de tuberculose où la prévalence du tabagisme tend à augmenter, l’arrêt du tabac représente un moyen de contrôle de l’épidémie de tuberculose. L’arrêt du tabac améliore le cours de la tuberculose et favorise sa guérison définitive; il s’accompagne d’une meilleure observance thérapeutique. L’OMS a recommandé une coordination entre les programmes nationaux de lutte antituberculeuse et antitabac pour optimiser le contrôle de l’épidémie de tuberculose. La mobilisation des professionnels de santé dans l’aide à l’arrêt des fumeurs atteints de tuberculose est requise.

La prématurité tardive : des nourrissons fragiles malgré les apparences

Snyers D, Lefebvre C, Viellevoye R, Rigo V

Rev Med Liege 2020, 75(2),105-110

Résumé : Les enfants nés entre 34 semaines d’aménorrhée et 36 semaines 6 jours sont dans la période de prématurité tardive. Ils sont également appelés «late-preterm». Ces enfants représentent près de 75 % des naissances prématurées dans les pays industrialisés. Cette prématurité tardive est en augmentation croissante sur les dernières décennies. Alors qu’initialement les études se concentraient essentiellement sur la mortalité et les morbidités liées à la grande prématurité, la population des prématurés tardifs a fait l’objet d’une attention accrue ces 15 dernières années. Il est ainsi démontré que ces enfants présentent un risque accru de complications respiratoires, d’infections, de problèmes d’alimentation, d’hypothermie et d’hypoglycémie. La mortalité néonatale, infantile et jusqu’à l’âge adulte des late-preterm est significativement plus élevée que chez les nouveau-nés à terme. De plus, les morbidités à long terme, tels que le retard neurodéveloppemental, l’infirmité motrice cérébrale, les pathologies respiratoires chroniques ou métaboliques, sont significativement plus élevées. A travers cette revue de la littérature, nous revoyons ces risques, qui contribuent à faire des «late preterm» une population fragile et nécessitant un suivi adapté.

Obésité, chirurgie bariatrique et contraception

Cuzzucoli L, Vandenbossche G, Béliard A

Rev Med Liege 2020, 75(2),111-114

Résumé : Le choix d’une médication hormonale est un acte thérapeutique important dans la vie d’une femme, aussi bien dans un but contraceptif afin d’éviter une grossesse non désirée, que dans le cadre d’une prise en charge symptomatologique accompagnant le cycle menstruel ou entourant la ménopause. La prise en charge se doit donc d’être dynamique, individualisée au maximum, en tenant compte des antécédents personnels et familiaux, des facteurs de risque potentiels liés au traitement et, bien évidemment, des désirs de la patiente. Nous discuterons, dans un premier temps, de la contraception dans le cadre d’une obésité et, dans un second temps, de l’éventuelle adaptation après chirurgie bariatrique.

Co-existence d’une drépanocytose et d’un lupus érythémateux disséminé

Christiaens C, Florkin B, Philippet P

Rev Med Liege 2020, 75(2),115-120

Résumé : La drépanocytose et le lupus érythémateux disséminé (LED) sont deux pathologies chroniques distinctes partageant certaines manifestations cliniques communes. La coexistence de ces deux pathologies est rare. Cependant, il est important de faire le diagnostic de LED chez ces patients drépanocytaires afin de pouvoir instaurer un traitement adéquat et limiter le risque de complications. Des hauts titres d’anticorps ont été décrits chez les patients drépanocytaires ainsi qu’un risque plus élevé de déficits immunitaires. Ces patients présentent un défaut dans l’activation de la voie alterne du complément qui augmente le risque d’infection à bactéries encapsulées et un défaut d’élimination d’antigènes qui pourrait prédisposer aux maladies auto-immunes. Nous décrivons le cas de trois patientes drépanocytaires majeures. Elles ont développé des symptômes attribués initialement à la drépanocytose, mais qui se sont par la suite révélés être un LED.

Comment j’explore… une dystonie cervicale

Depierreux F, Jedidi H, Hardy PY, Parmentier E, Garraux G

Rev Med Liege 2020, 75(2),121-124

Résumé : Trop souvent méconnue, la dystonie cervicale (parfois appelée torticolis spasmodique) est pourtant une des formes les plus fréquentes de dystonie focale. Les errances diagnostiques sont fréquentes et le délai pour établir le bon diagnostic est souvent long. Il s’agit pourtant d’une pathologie invalidante pour laquelle un traitement est envisageable et susceptible de soulager le patient.

La médecine du futur. La cybercriminalité et le monde médical : les hackers ont plusieurs longueurs d’avance

Coucke PA

Rev Med Liege 2020, 75(2),125-129

Résumé : La criminalité cybernétique s’attaque à tous les domaines d’activité humaine. Le monde hospitalier est particulièrement vulnérable. En effet, d’une part, un dossier médical personnel (DMP) volé se vend aisément plus de 1.000 dollars sur le «darknet» et, d’autre part, les structures informatiques vieillissantes de nos institutions et de nos cabinets médicaux privés sont particulièrement exposées aux attaques. Viennent s’y ajouter une réelle méconnaissance du danger par les professionnels de soins et un manque de culture de sécurité informatique, illustré par l’absence quasi totale d’une formation initiale et d’une formation continue en la matière. Il n’y a pas une seule réponse simple et définitive à ce fléau, mais différentes solutions peuvent être mises en place rapidement afin de limiter les risques encourus et les dégâts.

L’étude clinique du mois. PARAGON-HF : sacubitril/valsartan (Entresto®) dans l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée (HFpEF)

Tridetti J, Nguyen Trung ML, Ancion A, Lancellotti P

Rev Med Liege 2020, 75(2),130-135

Résumé : L’étude PARAGON HF («Prospective Comparison of ARNI with ARB Global Outcomes in HF with Preserved Ejection Fraction») a comparé le sacubitril / valsartan (Entresto®) au valsartan seul, chez les patients insuffisants cardiaques (IC) à fraction d’éjection préservée (HFpEF), sur base d’un critère de jugement principal composite associant le total des hospitalisations pour IC et la mortalité cardiovasculaire. Après un suivi médian de 35 mois, une réduction non significative de 13 % du critère de jugement principal a été observée dans le groupe sacubitril/valsartan comparativement au groupe valsartan seul (risque relatif : 0,87, IC 95 % : 0,753-1,005, p = 0,058). En dépit de l’absence de significativité, la réduction du risque n’en demeure pas moins importante puisqu’elle concerne surtout les hospitalisations pour IC (RR 0,85, IC 95 % : 0,72-1,00), alors qu’aucun bénéfice n’est observé sur la mortalité cardiovasculaire. Une analyse de sous-groupe suggère que les femmes et les patients ayant une fraction d’éjection intermédiaire tirent davantage de bénéfice du traitement par sacubitril/valsartan. Concernant les critères secondaires, on notait une amélioration significative de la qualité de vie, une réduction de la symptomatologie liée à l’IC ainsi qu’une amélioration de la fonction rénale. Enfin, les patients dans le groupe sacubitril/valsartan avaient une incidence plus importante d’hypotension artérielle et d’œdème angioneurotique, mais une plus faible incidence d’hyperkaliémie, comparativement au groupe valsartan seul.

Centre hospitalier universitaire de Liège Revue Médicale de Liège depuis 1946
ISSN : 0370-629X et e-ISSN : 2566-1566
Rédacteur en chef : A.Scheen
Copyright : Revue Médicale de Liège 2002
Dernière modification : 07-02-2020
Université de Liège