date
RMLG - Archives: 2019 Feb
La Revue Médicale de Liège est un outil de formation médicale continue s'adressant tant aux généralistes qu'aux spécialistes et aux étudiants.

EN FR

ARCHIVES 2019 - volume 74 (2)


Notice: Undefined index: langue in /var/web/rmlg/public_html/Dyn/listeArt.php on line 87
L’image du mois. Fils intra-utérins (2019)

Bernard D , Goffioul V , Wéry O

Rev Med Liege 2019, 74(2),61-62

Résumé non disponible

Comment je traite … les tendinopathies de l’appareil extenseur du genou (2019)

Brilmaker T , Kaux JF

Rev Med Liege 2019, 74(2),63-67

Résumé : Les tendinopathies de l’appareil extenseur du genou sont la cause d’un nombre important d’interruption d’activité dans le milieu sportif, particulièrement ceux impliquant les sauts et la course. Il n’existe pas encore de consensus clair sur la prise en charge de ces pathologies. Néanmoins, des approches nouvelles semblent offrir des possibilités de traitement de ces tendinopathies réfractaires. Cette revue de la littérature permet d’actualiser la prise en charge des tendinopathies et d’évoquer les traitements les plus récents et leurs implications cliniques dans les limites de nos connaissances de cette pathologie.

Le cas clinique du mois. L’invagination intestinale chez l’adulte, atypique et potentiellement dramatique (2019)

Pudzeis J , Henrard C , Meurisse N

Rev Med Liege 2019, 74(2),68-70

Résumé : L’invagination intestinale est une pathologie essentiellement pédiatrique qui reste rare chez l’adulte. Nous rapportons le cas d’une patiente de 67 ans hospitalisée pour persistance de crises abdominales douloureuses malgré la réalisation d’un bilan quasi exhaustif. Un entéro-scanner objectivera finalement la présence d’une invagination iléo-iléale, siège d’un lymphome plasmablastique monoclonal et responsable d’une sub-obstruction d’amont, qui nécessitera la réalisation d’une laparotomie exploratrice. Le caractère irréductible, comme souvent dans cette pathologie de l’adulte, justifiera la réalisation d’une résection grêle du segment incriminé.

Le cas clinique du mois . Utilisation de la circulation extracorporelle avec oxygénateur à membranes (ECMO) dans un cas d’hypothermie sévère avec arrêt cardiaque prolongé (2019)

Hougardy L , Alexandrescu A , Piret S , Van Ouytsel F , Kerzmann B

Rev Med Liege 2019, 74(2),71-73

Résumé : L’utilisation de la circulation extracorporelle avec oxygénateur à membranes (ECMO) en cas d’hypothermie sévère avec arrêt cardiaque affiche de meilleurs résultats par rapport aux méthodes traditionnelles. Nous montrons qu’un rétablissement complet est possible, même après une réanimation cardio-pulmonaire (RCP) prolongée. Nous rapportons le cas d’un homme de 36 ans ayant survécu à 4 heures de RCP après une durée indéterminée d’asystolie dans le contexte d’une hypothermie accidentelle grave (24°C). Un rythme sinusal a été obtenu par simple choc électrique externe lors du réchauffement du patient sous ECMO. Après 17 jours d’hospitalisation, le patient n’a présenté aucun déficit neurologique et s’est complètement rétabli. Bien que l’arrêt cardiaque (ARCA) extrahospitalier prolongé ait un faible taux de survie et que l’asystolie ne soit généralement pas considérée comme une indication de RCP, l’hypothermie associée peut être un facteur prédictif de résultat positif lorsque l’ECMO est utilisée, car elle permet de réduire le métabolisme et de protéger le cerveau, conduisant à une récupération neurologique ad integrum. Ce cas démontre l’importance de l’ECMO dans l’hypothermie accidentelle sévère, même après un arrêt cardiaque extra-hospitalier prolongé et réfractaire, même en cas de «no flow» incertain. Il souligne également la nécessité de créer un algorithme pour une prise en charge optimale et rapide de l’hypothermie accidentelle.

Thermoplastie bronchique dans le traitement de l’asthme sévère. Analyse rétrospective de 10 cas traités au CHU de Liège (2019)

Frix A , Heinen V , Schleich F , Duysinx B , Paulus V , Louis R

Rev Med Liege 2019, 74(2),74-81

Résumé : En raison du défi médico-économique que représente le traitement des formes sévères d’asthme, les recherches concernant de nouvelles thérapies dans ce domaine sont multiples et variées. Récemment, la thermoplastie bronchique - correspondant à un acte bronchoscopique permettant de délivrer une énergie par radiofréquence au niveau des bronches, afin d’interférer avec les composants de la couche musculaire lisse - s’annonçait comme une procédure prometteuse. Nous avons étudié 10 patients, suivis au CHU de Liège dans un contexte d’asthme sévère, et ayant bénéficié de cette technique. Nous avons comparé des données cliniques, spirométriques et thérapeutiques aux intervalles de 6 et 12 mois après procédure, afin de de déterminer si celle-ci avait été bénéfique sur leur pathologie asthmatique. Globalement, nous observons une stabilisation, voire une amélioration clinique, avec, notamment, une diminution des exacerbations, tout en réduisant la charge en corticoïdes systémiques.

Amyotrophie spinale infantile. (R)évolution thérapeutique (2019)

Daron A , Delstanche S , Dangouloff T , Servais L

Rev Med Liege 2019, 74(2),82-85

Résumé : L’amyotrophie spinale est une maladie neuromusculaire autosomique récessive qui, dans sa forme la plus précoce et la plus sévère, constitue la cause génétique la plus fréquente de décès chez l’enfant, en raison de ses complications respiratoires. Elle est caractérisée par la mort prématurée des neurones moteurs de la moelle épinière, responsable d’une faiblesse et d’une atrophie musculaire progressive. Longtemps considérée comme incurable, cette pathologie a connu, au cours de ces deux dernières années, une véritable révolution thérapeutique, changeant ainsi radicalement la vision que l’on pouvait avoir de la maladie, mais également de sa prise en charge, et ouvrant la voie à de nouveaux défis.

Epidémie nosocomiale à norovirus : à propos d’une expérience hospitalière (2019)

Huynen P , Mauroy A , Lambert N , De Mol P , Thiry E , Melin P

Rev Med Liege 2019, 74(2),86-89

Résumé : Les norovirus humains (NoV) sont reconnus mondialement comme les principaux agents étiologiques de gastro-entérites virales sporadiques et épidémiques au niveau mondial. Une épidémie de gastro-entérites s’est déclarée chez des patients hospitalisés dans plusieurs salles d’un hôpital de la région liégeoise, situées à deux étages différents. L’objectif était de déterminer si une même souche de NoV était impliquée aux deux étages, et d’investiguer la manière dont l’épidémie se serait propagée d’un étage à l’autre. Des prélèvements ont été collectés chez les patients et le personnel soignant. Les dossiers médicaux ont été examinés. La détection, la quantification et la caractérisation des souches de NoV ont été réalisées par des méthodes de biologie moléculaire. Une même souche de NoV, du génotype GII.4, a été mise en évidence chez deux patients hospitalisés aux deux étages différents. Ce résultat indique qu’il s’agit de la même épidémie qui s’est étendue à deux étages, probablement transmise par l’intermédiaire du personnel soignant commun. L’identification précoce des NoV lors des épidémies est primordiale afin de mettre en place rapidement les mesures d’hygiène permettant de limiter leur propagation.

Anévrysmes géants de l’artère pulmonaire : cas clinique et proposition d’un algorithme de diagnostic et de prise en charge (2019)

Radermecker A , Stiennon L , Leroux A , Sooknunden M , Duysinx B , Guiot J , Davin L , Sakalihasan N , Radermecker MA , Defraigne JO

Rev Med Liege 2019, 74(2),90-94

Résumé : L’anévrysme de l’artère pulmonaire est une pathologie rare, qui répond à de multiples étiologies et autant de physiopathologies différentes. L’identification de sous-groupes constituant des entités cliniques homogènes est un prérequis pour préciser la prise en charge médico-chirurgicale optimale. Nous rapportons un cas d’anévrysme géant de l’artère pulmonaire principale, sans hypertension artérielle pulmonaire, mais associé à une dysplasie/dysfonction de la valve pulmonaire. Cette association pourrait être, dans certains cas, congénitale et liée à une anomalie de la morphogénèse de la valve et de la racine pulmonaire, association qui crée les conditions pour le développement d’un anévrysme. Asymptomatiques dans les formes mineures, les anévrysmes pulmonaires peuvent être causes de symptômes ou de complications gravissimes dans les formes très développées et entraînent souvent, par insuffisance pulmonaire, une dysfonction ventriculaire droite. Nous suggérons une classification claire de cette pathologie mal connue et, sur base de la littérature et de notre expérience personnelle, nous proposons un algorithme de prise en charge médico-chirurgicale.

Bloc auriculoventriculaire congénital révélateur d’une pathologie maternelle systémique : physiopathologie et approches thérapeutiques (2019)

Collée J , Malaise O , Emonts P , Seghaye MC , Van Linthout C

Rev Med Liege 2019, 74(2),95-99

Résumé : Le bloc auriculoventriculaire congénital d’origine immunologique est lié à la présence dans le sang maternel d’anticorps anti-SSA et anti-SSB. Le diagnostic est le plus souvent posé à un stade irréversible et est alors associé à une morbi-mortalité importante. La surveillance rapprochée des grossesses à risque permet de diagnostiquer des blocs de premier et deuxième degré et de proposer des traitements à un stade réversible de la maladie. L’utilisation de corticoïdes fluorés, de bêtamimétiques et de l’hydroxychloroquine n’est pas consensuelle. Des études sont toujours en cours pour valider leur utilité. Nous rapportons la prise en charge anténatale d’une patiente chez qui le diagnostic de syndrome de Goujerot-Sjögren a été posé suite à la découverte d’un bloc auriculoventriculaire chez son fœtus. Après un bref rappel physiopathologique, nous exposons l’état actuel des connaissances en ce qui concerne les traitements préventifs et curatifs.

Comment j’explore... une suspicion d’allergie au paracétamol chez l’enfant (2019)

Thimmesch M , Sciacca M , Gadisseur R , El Abd K

Rev Med Liege 2019, 74(2),100-103

Résumé : Le paracétamol (acétaminophène) est une molécule reconnue dans le monde entier pour ses vertus anti-inflammatoires et antalgiques. Alors que les effets secondaires sont rares, certains patients présentent une hypersensibilité allergique ou non allergique à cette molécule. L’anamnèse permet d’orienter le diagnostic. Les sensibilité et spécificité du dosage des IgE spécifiques pour le paracétamol, les tests cutanés et les autres tests de provocation in vitro ont été très peu étudiés. Le test de provocation orale reste l’examen de référence pour infirmer ou affirmer le diagnostic. En cas d’hypersensibilité confirmée au paracétamol, il est important de rechercher un traitement alternatif. Dans cet article, nous décrivons l’ensemble de la prise en charge à partir d’un cas clinique.

La médecine du futur. Le lifting indispensable du dossier médical personnalisé et informatisé (2019)

Coucke PA

Rev Med Liege 2019, 74(2),104-110

Résumé : Un nouvel écosystème de soins dont les mots clés sont «big data», intelligence artificielle et «cloud», requiert, comme clé de voute, un dossier médical personnalisé informatisé totalement revisité. Sous sa forme actuelle, non seulement il ne répond pas au cahier des charges, mais il génère parmi les professionnels des soins, frustration et burnout. D’un simple outil de stockage de données, souvent non structurées et rarement contrôlées et validées, majoritairement servant la sacro-sainte cause «facturation», il se doit de devenir un outil puissant analytique qui facilite l’approche diagnostique, thérapeutique et préventive tant au niveau du patient individuel qu’au niveau d’une population. Il doit aussi faciliter la gestion des flux et la gestion tout court de nos institutions de soins. Ce lifting est incontournable pour résoudre les défis majeurs auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui dans un système essoufflé et non durable.

Le médicament du mois. Combinaison à ratio fixe insuline basale glargine-lixisénatide (Suliqua®) (2019)

Scheen AJ

Rev Med Liege 2019, 74(2),111-116

Résumé : Le Suliqua® (iGlarLixi) est une combinaison, à ratio fixe, de l’insuline basale glargine U100 et d’un agoniste du récepteur du glucagon-like peptide-1 (GLP-1), le lixisénatide. Les deux molécules exercent des effets antihyperglycémiants complémentaires : l’insuline glargine cible, principalement, la glycémie à jeun tandis que le lixisénatide cible, avant tout, la glycémie post-prandiale. Ainsi, la combinaison d’insuline glargine et de lixisénatide (iGlarLixi) entraîne une réduction plus importante du taux d’hémoglobine glyquée (HbA1c) que chaque composant individuel et permet d’atteindre plus souvent une cible d’HbA1c < 7 %. Elle offre également un bon profil de tolérance, avec un effet plus favorable sur le poids corporel par comparaison à l’insuline glargine seule et moins de manifestations indésirables digestives par rapport au lixisénatide seul et ce, grâce à une titration plus progressive du composant agoniste du récepteur du GLP-1. iGlarLixi (Suliqua®) est présenté sous forme de deux stylos pré-remplis, l’un permettant de titrer l’insuline glargine jusque 40 UI/jour, l’autre jusque 60 UI/jour, avec, dans les deux cas, une dose de lixisénatide allant jusqu’à un maximum de 20 µg. Ces deux présentations permettent au clinicien de mieux personnaliser l’approche thérapeutique en fonction des besoins du patient. Suliqua® est actuellement remboursé, sous conditions, dans le traitement du DT2 insuffisamment contrôlé sous insuline basale associée ou non à des antidiabétiques oraux.

Centre hospitalier universitaire de Liège Revue Médicale de Liège depuis 1946
ISSN : 0370-629X et e-ISSN : 2566-1566
Rédacteur en chef : A.Scheen
Copyright : Revue Médicale de Liège 2002
Dernière modification : 05-11-2021
Université de Liège