Problème d'affichage ? Veuillez passer à une version plus récente de votre navigateur

Display problems? Please use a recent version of your navigator.
FR
date
RMLG - Archives: 2013 Jan
La Revue Médicale de Liège est un outil de formation médicale continue s'adressant tant aux généralistes qu'aux spécialistes et aux étudiants.

EN FR

ARCHIVES 2013 - volume 68 (1)

Editorial. Crises financière, économique, sociale, sociétale, morale, des réactions en chaîne (2013)

A.J. Scheen

Rev Med Liege 2013, 68(1),1-3

Résumé non disponible

L’image du mois. Des reins chevelus (2013)

G. Cornet, D. Grayet, A. Godon, J. Caers

Rev Med Liege 2013, 68(1),4-5

Résumé non disponible

Le cas clinique du mois. Otorrhée cérébro-spinale : à partir d’un cas clinique, du diagnostic au traitement (2013)

C. Salmon, L. Demanez, Ph. Lefèbvre

Rev Med Liege 2013, 68(1),6-10

C. Salmon, L. Demanez, Ph. Lefèbvre

Le cas clinique du mois. Syndrome de Claude Bernard-Horner révélant une dissection carotidienne spontanée (2013)

V. Verdin, C. Holemans, B. Otto, H. Van Damme, J-O. Defraigne

Rev Med Liege 2013, 68(1),11-15

Résumé : Nous rapportons un cas de dissection carotidienne spontanée suspectée par l’apparition d’un syndrome de Claude Bernard-Horner (CBH). Sous traitement médical, l’hématome intramural de la carotide interne s’est entièrement résorbé dans un délai de 3 mois. Le patient n’a gardé aucune séquelle. La dissection spontanée artérielle est responsable de l’apparition d’un hématome au sein de la paroi artérielle en l’absence de traumatisme important. L’hypertension artérielle par à-coup et la dysplasie de la paroi artérielle sont les facteurs étiopathogéniques principaux. Des facteurs prédisposants semblent exister. La présentation clinique est variable, essentiellement liée à la compression locale des structures de voisinage pouvant précéder l’apparition d’un déficit neurologique transitoire ou permanent. Le diagnostic est confirmé par l’échographie Doppler, l’angioscanner ou l’angio-RMN qui sont les examens de choix.Le traitement consiste essentiellement en la prévention de la survenue d’un AVC par l’instauration d’une anticoagulation versus antiagrégation. La place respective de la chirurgie et/ou des techniques endovasculaires n’a pas été confirmée.

Rôle limité des médicaments hypoglycémiants oraux dans le diabète de type 1 (2013)

A.J. Scheen

Rev Med Liege 2013, 68(1),16-21

Résumé : Le traitement du diabète de type 1 repose sur une insulinothérapie intensifiée ajustée en fonction d’une autosurveillance glycémique minutieuse. Les antidiabétiques oraux occupent une place controversée, de toute façon assez limitée chez le patient diabétique de type 1. Néanmoins, la metformine peut parfois être utile en cas d’obésité et/ou d’insulinorésistance tandis que l’acarbose peut limiter l’ampleur des excursions glycémiques, à savoir l’hyperglycémie post-prandiale et le risque hypoglycémique tardif. Ces deux médicaments pourraient également limiter quelque peu la prise pondérale sous insulinothérapie intensifiée. Enfin, les inhibiteurs de la dipeptidyl peptidase-4 (glitpines), en inhibant la sécrétion de glucagon, et les inhibiteurs des cotransporteurs SGLT2 rénaux, en favorisant une glucosurie indépendamment de l’insuline, pourraient aussi s’avérer bénéfiques dans le diabète de type 1, mais les études sont toujours en cours pour étayer cette hypothèse.

Fibromyalgie : un syndrome d’Ehlers-Danlos de type hypermobile qui s’ignore ? (2013)

T. Hermanns-Lê G.E. Piérard Ph. Angen

Rev Med Liege 2013, 68(1),22-24

Résumé : Certains patients fibromyalgiques présentent des signes cliniques et des modifications histopathologiques, immunohistochimiques et ultrastructurales du derme similaires au syndrome d’Ehlers-Danlos de type hypermobile (SEDH). Il est possible que certaines formes de fibromyalgie soient apparentées à un d’SEDH non diagnostiqué.

Rôle de la vitamine D dans l’infection par le VIH : revue des connaissances actuelles (2013)

B.F. Pirotte, M. Rassenfosse, R. Collin, A. Devoeght, M. Moutschen, E. Cavalier

Rev Med Liege 2013, 68(1),25-31

Résumé : La vitamine D possède des propriétés sur le métabolisme phosphocalcique mais aussi dans diverses pathologies telles que les maladies auto-immunes, les cancers, les maladies cardio-vasculaires, l’excès de poids ou encore certaines infections. Nous nous intéressons ici aux relations frappantes qui existent entre la vitamine D et le VIH. Cette hormone joue assurément un rôle important dans l’infection par le VIH, tant au niveau squelettique qu’au niveau de l’évolution de la maladie elle-même. Nous remarquons en effet qu’un déficit en vitamine D est très souvent associé à l’infection par le VIH. De plus, un taux indétectable de cette hormone chez les patients séropositifs est associé à une infection cliniquement plus avancée et à une mortalité accrue. Ainsi, le déficit en vitamine D doit être considéré comme un cofacteur important de la progression de l’infection par le VIH. En effet, la vitamine D augmente l’activité des macrophages, entre autres via le processus d’autophagie, ce qui permet d’inhiber l’infection par le VIH-1. Nous parlerons ensuite de l’impact de certains traitements antirétroviraux sur l’altération du métabolisme de la vitamine D. Nous évaluerons enfin le bénéfice d’une supplémentation en vitamine D chez ces patients.

Les inquiétudes liées au couple métal-métal dans les prothèses totales de hanche sont-elles fondées en 2012 ? (2013)

C.A. Valcu, A. Perdreau, A. Wouters, Ph. Gillet

Rev Med Liege 2013, 68(1),32-37

Résumé : Le couple métal-métal alimente les débats en orthopédie depuis que les statistiques ont montré un taux d’échecs à court terme anormalement élevé. Le problème du descellement précoce chez le patient jeune et actif ayant subi l’implantation d’une prothèse totale de hanche classique a mené à la recherche d’un autre couple articulaire. Plusieurs études avaient démontré les avantages du couple métal-métal.Les résultats des resurfaçages et des prothèses totales de hanche métal-métal observés dans notre service n’ont actuellement pas lieu de soulever des inquiétudes. Toutefois, les données de la littérature montrent des résultats disparates et les plus récentes, des résultats décevants, en particulier pour quelques marques spécifiques. Plusieurs institutions, aux États-Unis et en Europe, mettent en place des protocoles pour la prise en charge des patients porteurs d’un implant métal-métal. La tendance actuelle se dirige vers un moratoire en ce qui concerne la mise en place des prothèses métal-métal.

Allogreffe de cellules souches hématopoïétiques chez le patient âgé : jusqu’à quel âge ? (2013)

S. Servais, E. Willems, Y. Beguin, F. Baron

Rev Med Liege 2013, 68(1),38-43

Résumé : En quelques décennies, la limite d’âge pour réaliser une allogreffe de cellules souches hématopoïétiques est passée de 50-60 ans à 70-75 ans, ceci notamment grâce au développement de nouvelles procédures d’allogreffe après un conditionnement atténué ou non myéloablateur. Cet article décrit les défis et les perspectives des allogreffes chez les patients âgés.

La vignette diagnostique de l’étudiant. Le spectre des toxidermies (2013)

T. Hermanns-Lê, C. Piérard-Franchimont, G.E. Piérard

Rev Med Liege 2013, 68(1),44-50

Résumé : Les toxidermies représentent l’ensemble des réactions médicamenteuses indésirables au niveau de la peau. Ces «maladies du progrès médical» sont des pathologies fréquentes, touchant près de 2% des patients sous traitement. Tout diagnostic de présomption est fondé sur un faisceau d’arguments codifiés. Ces maladies cutanées induites par les médicaments sont diverses. Elles sont initialement reconnues par l’expérience personnelle du médecin. Cependant, leur attribution à un médicament spécifique découle de l’expérience collective dérivant des évidences publiées. L’aspect histopathologique est souvent évocateur ou probant. Certaines toxidermies ont un décours indolent, alors que d’autres grèvent de manière sévère le pronostic vital.

Centre hospitalier universitaire de Liège Revue Médicale de Liège depuis 1946
ISSN : 0370-629X et e-ISSN : 2566-1566
Rédacteur en chef : A.Scheen
Copyright : Revue Médicale de Liège 2002
Dernière modification : 15-11-2019
Université de Liège