Problème d'affichage ? Veuillez passer à une version plus récente de votre navigateur

Display problems? Please use a recent version of your navigator.
date
RMLG - Archives: 2010 May
La Revue Médicale de Liège est un outil de formation médicale continue s'adressant tant aux généralistes qu'aux spécialistes et aux étudiants.

EN FR

Archives: Inertie et observance thérapeutiques (2010)
2010 - volume 65 (5-6)

Editorial. Cibler l\'inertie et le défaut d\'observance thérapeutiques : nouveau défi pour améliorer les performances de la pratique médicale (2010)

A.J. Scheen, D. Giet

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),229-231

Résumé non disponible

Inertie thérapeutique dans la pratique médicale : causes, conséquences, solutions (2010)

A.J. Scheen

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),232-238

Résumé : L’inertie thérapeutique est une des composantes de l’inertie médicale. Elle concerne essentiellement la prise en charge des maladies chroniques. Elle peut être définie comme l’attitude des soignants aboutissant à un retard dommageable dans l’instauration ou l’intensification d’un traitement alors que le diagnostic est posé et le risque connu. Les causes en sont multiples, liées au médecin lui-même, mais aussi au patient et au système de soins. Les conséquences peuvent être graves à la fois pour le patient, en termes de qualité et/ou d’espérance de vie, mais aussi pour la société, en raison du coût souvent exorbitant engendré par les complications que cette inertie thérapeutique peut engendrer. Dès lors, diverses solutions doivent être proposées pour remédier à cet important problème de santé publique, en ciblant les actions sur le médecin, le patient et/ou le système de soins.

Non-observance thérapeutique : causes, conséquences, solutions (2010)

A.J. Scheen, D. Giet

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),239-245

RÉSUMÉ : L’observance thérapeutique désigne la concordance entre le comportement du patient vis-à-vis de son traitement et les recommandations de son médecin. En ce qui concerne le respect des prescriptions des médicaments, 30 à 60 % des patients avec une maladie chronique peuvent être catégorisés comme étant peu ou non-observants. De nombreux facteurs peuvent influencer ce paramètre dont les caractéristiques du patient, les particularités de la maladie, les modalités du traitement, les attitudes du médecin ou encore l’organisation du système de soins. Les conséquences de la non-observance thérapeutique peuvent non seulement avoir des répercussions graves pour le patient, mais aussi avoir un impact négatif sur le budget des soins de santé. Il convient donc d’utiliser tous les moyens pour améliorer l’observance thérapeutique, si possible en agissant de concert sur toutes les causes qui mènent au défaut d’adhésion du patient à son traitement.

Stratégies pour éviter l\'inertie et la non-observance dans les essais cliniques (2010)

B. Jandrain, Ph. Ernest, R.P. Radermecker, A.J. Scheen

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),246-249

RÉSUMÉ : Les essais contrôlés représentent la base de la médecine factuelle en ce qui concerne l’évaluation de l’efficacité et de la sécurité des médicaments. Diverses stratégies ont été mises au point, d’une part, pour vaincre l’inertie clinique de la part du médecin, d’autre part, pour combattre la non- observance thérapeutique de la part du patient, deux lacunes susceptibles d’entraver la mise en évidence des bénéfices apportés par le médicament étudié. L’inertie peut être contournée par la titration, qu’elle soit forcée ou optionnelle en fonction des objectifs thérapeutiques à atteindre, ou encore par le recours, si nécessaire, à des médicaments de secours. L’observance peut être contrôlée par la technique du «pill count». Le simple comptage des médicaments non pris permet d’exclure d’emblée les patients non observants dépistés durant la période d’enrôlement placebo précédant la randomisation ou de ne pas tenir compte de ces patients ultérieurement dans une analyse statistique limitée aux sujets ayant respecté le protocole (analyse dite «per protocol» ). Le recours à l’automesure et l’implication du patient dans son traitement contribuent également à améliorer l’observance thérapeutique. Le clinicien de terrain peut s’inspirer de ces approches adoptées dans les essais cliniques et, le cas échéant, les appliquer dans sa pratique quotidienne.

L\'éducation thérapeutique : une solution pour vaincre l\'inertie clinique et le défaut d\'observance (2010)

A.J. Scheen, J.P. Bourguignon, M. Guillaume, Membres du programme EDUDORA2

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),250-255

RÉSUMÉ : L’éducation thérapeutique (ETP ETP) a pour objectif qu’un patient atteint de maladie chronique puisse prendre en charge sa maladie et son traitement, en prévenant les complications évitables, tout en préservant sa qualité de vie. Elle comprend un ensemble de pratiques visant à permettre au patient l’acquisition de compétences, afin de pouvoir prendre en charge de manière active la maladie, les soins et la surveillance, en partenariat avec les soignants. L’ETP peut contribuer à améliorer l’observance thérapeutique et à limiter l’inertie clinique, deux problèmes fréquemment rencontrés dans la gestion des maladies chroniques. A titre illustratif, nous présentons brièvement le projet EDUDORA ² (« Education thérapeutique et préventive face au diabète et à l’obésité à risque chez l’adulte et l’adolescent »), une initiative originale actuellement en cours dans trois régions frontalières (Wallonie - Grand-Duché du Luxembourg - Lorraine).

Prescription inappropriée chez la personne âgée : une forme d\'inertie thérapeutique ? Généralités et opportunités pour la pharmacie clinique en gériatrie (2010)

A. Samalea Suarez, X. Gérard, J. Petermans, T. Van Hees

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),256-260

RÉSUMÉ : L’inertie thérapeutique est un phénomène aux multiples étiologies qui se caractérise par «l’absence d’initiation ou de modification thérapeutique lorsque cela est indiqué». Ce phénomène touche principalement les maladies chroniques courantes (hypertension, diabète, dyslipidémies). Causée par divers processus et notamment par l’absence d’évidences cliniques pour la personne âgée fragile par nature, l’inertie thérapeutique peut se traduire, par des prescriptions inappropriées. Dans une démarche multidisciplinaire, l’intégration de l’expertise d’un pharmacien dans l’équipe de soins améliore la prise en charge pharmacothérapeutique du patient gériatrique.

Observance thérapeutique en gériatrie (2010)

J. Petermans, A. SamaleaSuarez, T. Van Hees

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),261-266

RÉSUMÉ : L’observance thérapeutique peut être définie comme le degré de concordance entre le comportement d’un individu (en termes de prise médicamenteuse, suivi de régime et changement de style de vie) et les prescriptions ou recommandations médicales, soit plus simplement la capacité d’une personne à prendre un traitement selon une prescription donnée. La mauvaise observance est fréquente en gériatrie et est liée à la fois au comportement du patient, mais aussi des prescripteurs et des distributeurs de médicaments. Son impact est à la fois médical, fonctionnel et économique; ce suivi thérapeutique mal adapté est un des responsables de la pathologie iatrogène si souvent constatée chez la personne âgée. Afin de faire face de la manière la plus efficace possible à cette problématique, une démarche standardisée d’éducation thérapeutique doit être développée en définissant clairement les objectifs, les moyens et le suivi, en impliquant le patient quand cela est possible et en mettant en place des aides humaines et matérielles.

Prévention cardio-vasculaire : la \\\"polypill\\\", une solution pour vaincre l\\\'inertie clinique et le manque d\\\'observance ? (2010)

A.J. Scheen, P.J. Lefebvre, H. Kulbertus

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),267-272

RÉSUMÉ : Le concept de la «polypill» pour la prévention des maladies cardio-vasculaires a été mis en exergue en 2003 dans le British Medical Journal. Une analyse modélisée des données de la médecine factuelle suggérait que la prescription d’une combinaison de six médicaments – une statine, trois anti-hypertenseurs à faibles doses, de l’aspirine et de l’acide folique – permettrait de réduire d’environ 80 % les accidents coronariens et cérébro-vasculaires, sans entraîner de manifestations indésirables notables et avec un rapport coût-efficacité favorable. Le présent article vise à faire le point, quelques années plus tard, sur les avancées concernant ce nouveau paradigme en prévention cardio-vasculaire. Nous envisagerons successivement les progrès conceptuels concernant la «polypill» depuis 2003, les résultats d’un premier essai clinique contrôlé, la faisabilité pharmaceutique dans une perspective de routine clinique et les impacts pharmaco-économiques possibles d’une telle stratégie. La « polypill » pourrait offrir une solution pour limiter l’inertie clinique du médecin et remédier au manque d’observance du patient, deux fléaux dans le domaine de la prévention cardio-vasculaire.

Inertie thérapeutique dans le domaine de l\'hypertension artérielle. Pourquoi et comment combattre cette attitude (2010)

J.M. Krzesinski

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),273-277

RÉSUMÉ: L’inertie thérapeutique, à savoir l’absence d’introduction d’un traitement antihypertenseur ou de modification à la hausse de celui-ci par le médecin si la pression est élevée ou si la cible tensionnelle n’est pas atteinte, est fréquente et participe au faible pourcentage lors de contrôle des patients hypertendus traités ou non. La responsabilité du médecin est à ce niveau élevée. Une stratégie rigoureuse est nécessaire, étape par étape, pour pallier ce manque de réaction.

Importance de la mauvaise adhésion au traitement anti-hypertenseur dans la population hypertendue : comment l\'améliorer? (2010)

J.M. Krzesinski, F. Krzesinski

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),278-284

RÉSUMÉ : S’il est unanimement admis que le traitement de l’hypertension artérielle améliore le pronostic cardiovasculaire des patients qui en sont atteints, force est de constater que la moitié des patients traités n’ont pas leur pression artérielle normalisée. Un des facteurs responsables de ce relatif échec est la mauvaise adhésion au traitement (non médicamenteux et pharmacologique). Ce problème d’observance est multifactoriel. Interviennent le patient, sa maladie, son traitement et l’environnement thérapeutique où la relation médecin-malade joue un grand rôle. Pour améliorer l’observance, comme d’ailleurs la persistance du traitement, il faut d’abord y penser. Le dialogue avec le patient sur l’observance doit être mené à chaque consultation. Une excellente relation médecin-patient, une éducation sur l’hypertension, ses risques et les moyens d’éviter les complications, le choix de schémas de traitement bien tolérés, simplifiés et introduits progressivement, la recherche et la limitation des effets secondaires générés, le partenariat de la famille et du pharmacien dans la prise en charge, la stimulation de l’automesure de la pression artérielle par le patient sont autant de pistes importantes pour améliorer ce paramètre. Ceci permettrait, à coup sûr, de réduire les complications cardiovasculaires liées à l’hypertension et le coût pour la société.

Adhésion aux recommandations pour la prise en charge de l\'insuffisance cardiaque chronique (2010)

E. Nellessen, P. Lancellotti, L.A. Piérard

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),285-289

RÉSUMÉ : L’insuffisance cardiaque chronique représente un important problème de santé publique dont la prévalence est croissante et dont le pronostic reste sombre. Malgré la gravité de ce syndrome et l’existence d’une approche thérapeutique bien définie, l’adhérence aux recommandations demeure insuffisante. Après avoir rappelé brièvement l’essentiel de ces recommandations, nous présentons les données statistiques évaluant la prise en charge de ces patients. Nous évoquons ensuite les facteurs influençant la prescription ou la non prescription du traitement de l’insuffisance cardiaque avant de décrire une approche multidisciplinaire et l’intérêt des trajets de soins.

Inertie clinique et observance thérapeutique dans les valvulopathies chroniques du coeur gauche (2010)

M.L. Moonen, A. Leroux, P. Lancellotti, L.A. Piérard

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),290-298

Résumé : Les valvulopathies représentent des pathologies dont la prévalence est en augmentation. Néanmoins, le manque d’études randomisées sur le sujet en rend la prise en charge difficile. Des recommandations ont été rédigées par les sociétés savantes, tant européennes qu’américaines, dans le but d’aider à la prise de décisions. Malheureusement, il apparaît que ces recommandations sont parfois d’application difficile en pratique quotidienne.

Adhésion aux règles du traitement anti-thrombotique dans la fibrillation auriculaire (2010)

P. Mélon, C. Garweg, P. Lancellotti, L.A. Piérard

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),299-303

Résumé : L’adhérence aux règles du traitement anti-thrombotique de la fibrillation auriculaire permet de réduire de manière significative le risque d’accident vasculaire cérébral. Nous revoyons les critères d’instauration d’un traitement par anti-vitamine K ainsi que sa gestion dans la pratique quotidienne chez les patients en fibrillation auriculaire.

Adhésion thérapeutique aux antiagrégants chez le patient coronarien (2010)

D. Legrand, V. Legrand

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),285-289

RÉSUMÉ : Le traitement antiagrégant a prouvé son intérêt clinique chez les patients à haut risque cardiovasculaire, dans les suites d’un syndrome coronarien instable et après angioplastie. L’efficacité optimale est obtenue par l’association d’aspirine et d’une thiénopyridine. Toutefois, la résistance à l’effet thérapeutique de l’un ou de l’autre médicament ou une mauvaise adhésion au traitement peut réduire considérablement les bénéfices cliniques. L’importance clinique de l’observance thérapeutique et de la résistance aux antiagrégants est primordiale chez les patients ayant présenté un syndrome coronarien instable durant les 6 premiers mois suivant son initiation. De même, l’adhésion au traitement est fondamentale chez les patients traités par angioplastie et pose d’un stent médicamenteux. En effet, le risque de thrombose de stent tardive (entre 1 mois et 1 an) ou très tardive (après 1 an) est étroitement lié à un manque d’observance thérapeutique. Cet article décrit les données récentes de la littérature sur ce sujet et précise les recommandations actuelles du traitement antiagrégant plaquettaire.

Comment optimaliser le traitement hypolipidémiant : ne pas oublier la problématique du défaut d\'observance (2010)

R.P. Radermecker, A.J. Scheen

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),311-317

RÉSUMÉ : Le traitement des dyslipidémies, notamment par les statines, s’intègre dans une prise en charge globale de prévention cardiovasculaire. Traiter un facteur de risque, par définition asymptomatique, imposant une contrainte immédiate pour un bénéfice tardif éventuel, expose à un manque d’observance thérapeutique de la part de la personne concernée. A côté de l’inertie du médecin à instaurer et à ajuster le traitement chez le sujet à risque, ce manque d’observance du patient est un des éléments importants à prendre en compte dans la non-obtention ou le non-maintien des objectifs thérapeutiques et représente un problème pharmacoéconomique important. Le présent article envisage, d’abord, les principales raisons contribuant au manque d’observance du patient vis-à-vis du traitement hypolipidémiant, puis décrit quelques approches pour améliorer l’adhésion au traitement dans le but de mieux prévenir les maladies cardiovasculaires.

Inertie clinique dans la prise en charge du patient diabétique de type 2 : quelles solutions proposer? (2010)

J.C. Philips, A.J. Scheen

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),318-325

Résumé : Il est démontré qu’une équilibration optimale du diabète permet de réduire la survenue des complications. Néanmoins, un suivi adéquat des patients diabétiques de type 2 est difficile. Un bon contrôle glycémique optimal n’est que très rarement atteint, surtout au long cours. Une explication relative à cette situation est l’inertie clinique de la part des médecins impliqués dans la gestion de cette maladie chronique. Cette inertie trouve son origine à la fois chez le patient, dans les traitements proposés et leurs éventuels inconvénients, mais surtout chez le médecin lui-même. Nous explorons dans cet article différentes pistes permettant de combattre l’inertie thérapeutique qui, finalement, peut être retrouvée à chaque étape de la prise en charge du diabète de type 2.

Effets néfastes du défaut d\'observance hygiéno-diététique et médicamenteuse chez le patient diabétique (2010)

N. Paquot

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),326-331

Résumé : Le traitement du diabète s’avère le plus souvent complexe et implique des modifications hygiéno-diététiques visant à optimiser l’apport nutritionnel et à majorer l’activité physique ainsi que la mise en route de traitements pharmacologiques, anti-diabétiques oraux et insuline, afin de compenser le déficit en insuline et combattre l’insulinorésistance. Un suivi optimal des recommandations thérapeutiques est associé à une amélioration du contrôle glycémique (diminution de l’HbA1c) mais permet également de réduire les complications chroniques de la maladie et d’en réduire le coût. En dépit des bénéfices potentiels du traitement pharmacologique, l’observance thérapeutique reste faible et une mauvaise observance concernerait de 36 à 85 % des patients diabétiques, les moins bons résultats étant observés chez les patients sous traitement oral. Les facteurs les plus fréquents affectant l’adhésion au traitement sont la complexité du traitement, la fréquence d’administration (supérieure à deux fois par jour), le coût, la formation par rapport au traitement, la dépression et les effets indésirables ou la crainte de ceux-ci. Plusieurs obstacles à une bonne observance médicamenteuse ont été soupçonnés, mais les études bien conduites pour confirmer ou résoudre ces obstacles sont peu nombreuses. De nouveaux travaux sont nécessaires pour investiguer les résultats d’interventions spécifiques visant à améliorer l’observance thérapeutique chez le patient diabétique.

Sevrage tabagique en préopératoire : une période propice pour lutter contre l\'inertie et le défaut d\'observance (2010)

E. Deflandre, S. Degey, A.M. Clerdain, J. Jaucot, J. Joris, J.F. Brichant

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),332-337

RÉSUMÉ : Trente pour cent des patients candidats à une anesthésie fument. Le tabagisme est un des principaux facteurs de risques de complications postopératoires. D’une part, le fait de fumer interfère directement avec certains processus nécessaires au succès de la chirurgie : la cicatrisation et les réponses immunitaires. D’autre part, le patient fumeur présente des comorbidités importantes (maladies cardiovasculaires et respiratoires) pouvant se révéler dangereuses en cas de chirurgie. Le sevrage tabagique préopératoire est, dès lors, important. La période préopératoire représente un moment privilégié pour vaincre l’inertie et profiter d’une meilleure observance thérapeutiques. Nous présentons, dans cet article, quelques stratégies de sevrage tabagique. Celles-ci sont facilement applicables et utilisables par l’omnipraticien ou par le praticien en anesthésie-réanimation. Ces techniques peuvent être proposées et employées dès la consultation pré- anesthésique afin d’initier ce sevrage et aider le patient à le consolider.

Inertie et observance thérapeutiques en tant que facteurs influençant le contrôle de l\'asthme (2010)

R. Louis, M. Manise, J. Sele, F. Schleich

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),338-342

RÉSUMÉ : L’asthme est une maladie chronique pour laquelle les médications actuellement disponibles sont généralement d’une remarquable efficacité lors des essais cliniques randomisés. Et pourtant les enquêtes les plus récentes dans la population pointent un manque de contrôle de la maladie. Outre certains facteurs liés à l’hygiène de vie, l’inertie du praticien et le manque d’adhésion du patient contribuent certainement au contrôle insuffisant de l’asthme dans la population.

Comment pouvons-nous pratiquement améliorer l\'observance thérapeutique dans l\'asthme de l\'enfant et de l\'adolescent? (2010)

T. Carvelli, O. Battisti

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),343-349

Résumé : L’asthme est une maladie chronique dont le contrôle nécessite souvent un traitement de fond quotidien. L’observance thérapeutique dans l’asthme de l’enfant est estimée à 50%. Il est donc nécessaire de développer et de mettre en pratique des stratégies favorisant l’observance . A partir d’une revue de littérature et du concept de Guided Self-Management défini dans le rapport du GINA INA 2009, notre service de pneumologie pédiatrique propose une stratégie locale et pratique basée sur la collaboration avec le médecin traitant, une école de l’asthme par Internet ou DVDDVD et l’édition de plans de traitement de l’asthme clairs et faciles à remplir par les médecins concernés.

A propos de la réticence à l\'immunothérapie spécifique chez les personnes allergiques : les nouvelles données de la littérature (2010)

B. Dezfoulian, M. Caucanas, O. Wauters, L. Raty, V. Failla, A.F. Nikkels

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),350-353

RÉSUMÉ : L’augmentation du nombre de sujets allergiques et l’altération de la qualité de vie de ces patients préoccupent la santé publique. Les traitements symptomatiques ne parviennent pas toujours à améliorer les plaintes des patients. Une mise au point allergologique tentera, d’une part, d’établir l’intervention des mécanismes IgE dépendants dans la maladie allergique et d’autre part, de prouver la responsabilité de l’allergène détecté dans la genèse de celle-ci. L’efficacité de l’immunothérapie spécifique utilisant des allergènes est démontrée aussi bien par voie sous-cutanée que sublinguale dans la rhinite, la conjonctivite, l’asthme et les réactions IgE dépendantes aux venins d’hyménoptères. Le manque de formation en allergologie est une raison importante de la réticence des médecins (généralistes et spécialistes) à la prescription d’une immunothérapie spécifique (ITS ). En plus, la durée du traitement et son prix élevé en Belgique (les produits ne sont remboursés par la Sécurité Sociale que dans le cas de l’ITS aux venins d’hyménoptères) constituent un sérieux frein à l’adhésion des patients au traitement.

Défis pour réduire la mortalité liée à l\'hépatite C : améliorer l\'accessibilité au traitement et l\'observance thérapeutique (2010)

J. Delwaide, A. Lamproye, J. Belaïche

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),354-357

Résumé : Les traitements actuels du virus de l’hépatite C par interferon pégylé et ribavirine sont efficaces et permettent d’éradiquer définitivement le virus C chez un nombre important de patients. Des améliorations thérapeutiques associant les traitements actuels avec des antiprotéases ou des antipolymérases seront disponibles prochainement. L’obtention d’une éradication virale grâce au traitement a un impact favorable sur la survie et la qualité de vie des patients traités. Néanmoins, à l‘échelle d’une population, il a été calculé que l’impact des traitements était faible pour réduire la mortalité liée au virus C, et ceci en raison d’une faible accessibilité aux traitements. Pour obtenir une réduction significative de la mortalité liée au virus C, il est crucial qu’un plus grand nombre de patients soit dépisté (avec une attention particulière aux patients transfusés avant 1990), qu’un plus grand nombre de patients soit traité (avec une attention particulière à l’accessibilité au traitement des patients toxicomanes) et qu’une bonne observance thérapeutique soit obtenue.

Prévention et traitement de l\'ostéoporose : éviter l\'inertie clinique et motiver l\'adhésion au traitement (2010)

V. Rabenda, J.Y. Reginster

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),358-365

RÉSUMÉ : La prévention et le traitement de l’ostéoporose sont devenus une nécessité compte tenu du vieillissement de la population et du coût socio-économique des complications fracturaires. A l’heure actuelle, nous disposons de moyens thérapeutiques efficaces permettant d’envisager une meilleure prise en charge de l’ostéoporose post-ménopausique. Malgré la présence de cet arsenal thérapeutique, cette maladie reste encore sous-diagnostiquée et le nombre de patients traités actuellement demeure relativement limité. La prévention de la première fracture constitue une des préoccupations majeures. De plus, l’adhésion aux traitements anti-ostéoporotiques demeure faible. L’observance à long terme est primordiale afin que les patients puissent bénéficier de l’efficacité des traitements de l’ostéoporose. Une bonne adhésion aux traitements anti-ostéoporotiques s’accompagne d’un gain plus important en terme de densité minérale osseuse ainsi que d’une réduction significative du risque de fractures vertébrales et non vertébrales. L’adhésion thérapeutique doit, par conséquent, constituer une préoccupation majeure des professionnels de santé en charge de l’ostéoporose. L’accroissement de l’intervalle entre les prises thérapeutiques semble un élément, parmi d’autres, à même d’optimaliser l’adhésion thérapeutique. Des formes orales mensuelles, intraveineuses trimestrielles ou annuelles (bisphosphonates), ou encore sous-cutanées, tous les 6 mois (denosumab) semblent à même de répondre, fût-ce de manière partielle, aux problèmes de la faible adhésion thérapeutique des patients ostéoporotiques.

Le défaut d\'observance thérapeutique du patient souffrant d\'épilepsie. Un problème fréquent et complexe (2010)

E. Rikir, T. Grisar, B. Sadzot

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),366-369

Résumé : L’épilepsie est une affection chronique nécessitant un traitement de nature essentiellement préventive (éviter de nouvelles crises). Un oubli de traitement n’a pas toujours de conséquence immédiate. Ces caractéristiques font que 30 à 50% des patients épileptiques ne suivent pas toujours correctement leur traitement. Dans cet article, nous passons en revue les différents facteurs de mauvaise observance. Certains sont spécifiques à cette affection; d’autres sont plus généraux comme la complexité du traitement. Nous proposons ensuite quelques pistes à suivre pour améliorer l’observance dans la pratique quotidienne.

Guérir la dépression : une question d\'objectif et de détermination (2010)

W. Pitchot, G. Scantamburlo, E. Pinto, M. Ansseau

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),370-380

Résumé : La dépression est un problème majeur de santé publique. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), elle est actuellement la deuxième cause de handicap dans les pays développés. La dépression majeure est aussi une des formes de psychopathologie les plus fréquentes. Environ un homme sur six et une femme sur quatre sont susceptibles d’être touchés, au cours de leur vie, par la dépression. Dans le traitement de la dépression, l’objectif majeur est d’atteindre la rémission complète et de prévenir les récidives. Malheureusement, cet objectif de guérison reste difficile d’accès en pratique clinique. En effet, le taux de rémission complète obtenu dans les études cliniques ou les études naturalistes est généralement assez bas, dépassant rarement les 35%. Heureusement, différentes stratégies thérapeutiques existent pour augmenter les chances de rémission complète. Des options thérapeutiques comme le changement d’antidépresseur, la potentialisation et l’association d’antidépresseurs peuvent se révéler très efficaces. Certaines approches sont manifestement plus performantes que d’autres, mais le choix se fait souvent sur base de l’expérience du clinicien. Les données scientifiques restent en effet assez limitées dans le domaine du traitement de la dépression résistante. A côté des options pharmacologiques, la psychothérapie ainsi que les techniques de stimulation cérébrale ont également fait preuve de leur efficacité.

Inertie ou excès thérapeutique chez l\'enfant : lorsque le sommeil de l\'enfant n\'est pas de tout repos pour lui, ses parents et le médecin (2010)

O. Battisti, F. Dominé

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),381-385

RÉSUMÉ : Les troubles du sommeil sont fréquents chez le petit enfant et chez l’adolescent. Ils sont la cause d’une détresse familiale, une tristesse individuelle pouvant même parfois aboutir à la maltraitance. Chez l’enfant normal et chez l’enfant fragilisé par un passé de prématurité ou lors d’un épisode aigu, les complaintes de la famille forcent leur prise en charge, laquelle n’est pas toujours adéquate. Dans d’autres situations ayant un spectre assez bien décrit (asthme bronchique, surcharge pondérale, anorexie mentale, autisme, infirmité motrice cérébrale, hyper-activité), les troubles du sommeil deviennent plus facilement négligés et mal pris en charge. Globalement, on souligne dans ce domaine de difficultés, une description clinique insuffisante ou imprécise, et l’utilisation insuffisante de l’analyse du sommeil par une polygraphie. Une approche plus précise et plus physiopathologique devrait permettre une approche (éducative et thérapeutique) plus adéquate. Les troubles du sommeil sont fréquents chez le petit enfant et chez l’adolescent. Ils sont la cause d’une détresse familiale, une tristesse individuelle pouvant même parfois aboutir à la maltraitance. Chez l’enfant normal et chez l’enfant fragilisé par un passé de prématurité ou lors d’un épisode aigu, les complaintes de la famille forcent leur prise en charge, laquelle n’est pas toujours adéquate. Dans d’autres situations ayant un spectre assez bien décrit (asthme bronchique, surcharge pondérale, anorexie mentale, autisme, infirmité motrice cérébrale, hyper-activité), les troubles du sommeil deviennent plus facilement négligés et mal pris en charge. Globalement, on souligne dans ce domaine de difficultés, une description clinique insuffisante ou imprécise, et l’utilisation insuffisante de l’analyse du sommeil par une polygraphie. Une approche plus précise et plus physiopathologique devrait permettre une approche (éducative et thérapeutique) plus adéquate.

L\'observance thérapeutique en transplantation d\'organe. L\'exemple de la greffe du rein (2010)

M. Milicevic, S. Grosch, L. Weekers, J.M. Krzesinski

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),386-390

Résumé : Une transplantation réussie nécessite la prise à vie de médicaments contre le rejet immunologique. La mauvaise observance médicamenteuse est un problème multifactoriel particulièrement grave en transplantation d’organe. Elle peut occasionner la perte du greffon et le retour en dialyse. Le médecin doit éduquer au mieux le patient pour qu’il adhère le plus possible au schéma thérapeutique strict imposé et le rappel de l’importance des prises médicamenteuses doit être abordé à chaque contact. Cette mauvaise (voire non) observance est particulièrement importante à distance de la transplantation. L’effort du corps médical et de tous les partenaires de la santé ainsi que de la famille doit donc être sans relâche pour trouver des solutions à ce problème inhérent à une maladie chronique.

L\'inertie thérapeutique en contraception (2010)

A. Pintiaux, C. Boüüaert, N. Habay, A. Beliard, J.M. Foidart, M. Nisolle

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),391-394

Résumé : L’efficacité contraceptive dépend de la méthode utilisée et de l’adhérence de la patiente à celle-ci. Le praticien, par les informations qu’il dispense, par l’adéquation de sa prescription et par l’adaptation de la contraception au cours du temps, joue un rôle essentiel dans le contrôle des naissances et dans la tolérance médicale de la contraception. Sa passivité dans ce domaine conduit inexorablement aux grossesses non souhaitées ou aux effets indésirables d’une contraception mal adaptée.

Défaut d\'observance et inertie thérapeutique en obstétrique (2010)

V. Masson, Ph. Petit, J.M. Foidart

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),399-404

Résumé : L’observance dans le contexte d’un désir de grossesse et de son suivi se décline en deux temps : ce que l’on peut faire, avant la conception; et ce que l’on doit faire, pendant la grossesse. La prévention préconceptionnelle offre, à condition qu’elle soit effective, un véritable atout pour le développement du futur enfant. La démarche préconceptionnelle dépendra de l’implication et de la motivation du médecin en médecine préventive mais surtout de l’observance du patient face à tous ces conseils et prescriptions. Nous rappelons dans cet article les indispensables conseils à délivrer à chaque patiente avant la conception. L’inertie thérapeutique en obstétrique, quant à elle, se présente sous des aspects particuliers : d’une part, le retard de mise en oeuvre d’une stratégie thérapeutique lors de la survenue d’une complication, telle que l’hémorragie du péri-partum décrite dans cet article ; d’autre part, la continuation de pratiques obsolètes, telle que la gestion de l’hypersystolie utérine.

Diabète et grossesse : impact de l\'inertie médicale et de l\'observance thérapeutique (2010)

A. Pintiaux, N. Chabert-Buffet, J.C. Philips, A.J. Scheen, J.M. Foidart

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),399-404

Résumé : L’avenir de la grossesse et le devenir de l’enfant sont dépendants du contrôle glycémique maternel. La programmation des grossesses chez la femme diabétique est donc essentielle afin de permettre l’obtention d’une équilibration métabolique optimale. Un suivi strict du diabète pendant la grossesse est de rigueur. Par ailleurs, le diagnostic précoce et la prise en charge appropriée du diabète gestationnel représentent un important enjeu de santé publique en raison de la forte augmentation de cette pathologie, liée notamment à la progression de l’obésité chez les sujets jeunes. La grossesse chez une femme diabétique est une situation au cours de laquelle ni l’inertie médicale ni le défaut d’observance ne peuvent être tolérés.

L\'observance au traitement de longue durée : le cas particulier de l\'hormonothérapie adjuvante du cancer du sein (2010)

V. Bleret, J. Collignon, P.A. Coucke, P. Cusumano, J. Desreux, Ph. Herman, G. Jérusalem, S. Maweja, N. Remacle, A. Rorive, E. Lifrange

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),405-408

Résumé : L’objectif de l’hormonothérapie adjuvante dans le cancer du sein est d’atteindre en pratique quotidiennee, une efficacité comparable à celle obtenue au cours des études cliniques. Malgré l’efficacité démontrée de l’hormonothérapie, la compliance constitue un défi majeur et un problème multidimensionnel. Une meilleure compréhension des raisons de cette non-compliance aiderait à mieux identifier les patientes à risque et à développer des interventions capables d’améliorer l’adhésion à l’hormonothérapie adjuvante.C’est dans ce but que nous avons entrepris une revue de la littérature des six dernières années (Pub Med 2003-2006).

Observance thérapeutique en hématologie : le cas particulier de la leucémie myéloïde chronique (2010)

R. Roufosse, Y. Beguin

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),409-412

Résumé : L’adhérence thérapeutique est essentielle puisqu’elle module l’efficacité du traitement, la survenue d’effets secondaires et les coûts socio-économiques qui y sont éventuellement associés. En hématologie, dans le cas particulier de la leucémie myéloïde chronique, l’étude «ADAGIAGI O» réalisée par Noens et collaborateurs a démontré que l’observance thérapeutique est moins bonne que les praticiens, les patients et l’entourage de ceux-ci ne le croient. Ce manque d’adhérence peut engendrer une diminution de l’efficacité du traitement, notamment par imatinib. Des facteurs comme la chronicité de la maladie et la longueur du traitement modifient l’adhérence au cours du temps. Des méthodes simples, s’adressant tant au patient qu’au médecin devraient être développées en pratique courante afin d’améliorer cette adhérence au traitement.

Echec à l\'échec diagnostique et thérapeutique dans les pertes de cheveux (2010)

C. Piérard-Franchimont, P. Quatresooz, G.E. Piérard

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),413-419

Résumé : Une perte de cheveux, encore appelée effluvium pilaire, est une plainte, peut-être ancillaire mais fréquente, tant chez les femmes que chez les hommes. Elle fait partie de nombreux tableaux cliniques de la médecine interne et de la dermatologie. A l’évidence, toute corrélation entre une anomalie biologique et une perte de cheveux ne prouve pas une relation de causalité. Sans diagnostic pathogénique, et en l’absence de critères de causalité, les chances sont minces de contrôler efficacement un effluvium pilaire par un traitement conseillé au hasard. Le risque et la fréquence des inerties thérapeutiques sont, de surcroît, élevés. Si la perte de cheveux n’est pas freinée et/ou compensée par la croissance de nouveaux cheveux, divers types d’alopécies s’installent inexorablement.

Faire un faux pas face à des syphilides \"de deuxième floraison\" (2010)

L. El Hayderi, G.E. Piérard, C. Piérard-Franchimont, P. Quatresooz

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),420-422

Résumé : Au cours des dernières années, l’incidence de la syphilis s’est accrue en diverses régions géographiques, particulièrement dans des foyers urbains. La maladie est, de surcroît, plus particulièrement associée à l’infection par le VIH. Au stade secondaire de la syphilis, le diagnostic peut s’avérer particulièrement difficile à poser, car la ressemblance anatomo-clinique est grande avec diverses autres dermatoses. Le risque d’errance diagnostique est associé à celui d’une inertie thérapeutique hautement dommageable pour le patient.

Le crémage a du plomb dans l\'aile (2010)

V. Failla, O. Wauters, L. Raty, M. Caucanas, B. Richert, B. Dezfoulian, A.F. Nikkels

Rev Med Liege 2010, 65(5-6),423-425

Résumé : Le traitement topique joue un rôle essentiel dans la prise en charge du psoriasis. Son efficacité et sa sécurité d’utilisation ont été démontrées dans de nombreuses études. Cependant, en pratique quotidienne, les résultats thérapeutiques sont souvent bien inférieurs à ceux obtenus dans les essais cliniques et ce, très probablement, à cause d’une mauvaise adhésion thérapeutique. En effet, les patients souffrant de psoriasis trouvent que le traitement local est un lourd fardeau à porter. Le succès d’une prise en charge efficace du psoriasis repose sur une relation médecin-patient solide qui permettra de remotiver régulièrement le patient à réutiliser «ce crémage».

Centre hospitalier universitaire de Liège Revue Médicale de Liège depuis 1946
ISSN : 0370-629X et e-ISSN : 2566-1566
Rédacteur en chef : A.Scheen
Copyright : Revue Médicale de Liège 2002
Dernière modification : 06-05-2019
Université de Liège