Problème d'affichage ? Veuillez passer à une version plus récente de votre navigateur

Display problems? Please use a recent version of your navigator.
FR
date
RMLG - Archives: 2008 Sup
La Revue Médicale de Liège est un outil de formation médicale continue s'adressant tant aux généralistes qu'aux spécialistes et aux étudiants.

EN FR

Synthèse CHU (2008)
2008 - volume 63 (S1)

Editorial \"Synthèse 2008\" (2008)

M. Malaise

Rev Med Liege 2008, 63(S1),1-1

Résumé non disponible

Horizons nouveaux pour l\'analgésie postopératoire (2008)

S. Lauwick, A. Kaba, J. Joris

Rev Med Liege 2008, 63(S1),2-9

RÉSUMÉ : Les nouvelles stratégies pour l’analgésie postopératoire visent à diminuer la consommation des morphiniques pour en diminuer les effets secondaires. Outre les effets secondaires respiratoires et digestifs bien connus, d’autres doivent être maintenant considérés : l’hyperalgie induite par les morphiniques, la dysfonction immunitaire. Notre compréhension de la physiopathologie des douleurs postopératoires s’est fortement enrichie ces dernières années. Les mécanismes responsables de l’hyperalgie, qui s’exprime cliniquement par les douleurs à la mobilisation et qui peut contribuer à la chronicisation des douleurs, méritent notre attention. Nous disposons d’agents capables de réduire ces phénomènes tant au niveau périphérique que spinal : les anti-inflammatoires, la kétamine, la clonidine, la lidocaïne. La stratégie analgésique actuelle devrait inclure des analgésiques non morphiniques et des anti-hyperalgiques pour tous les patients; c’est l’analgésie balancée. Ce concept mais également le recours à des analgésies loco-régionales, offrent les conditions optimales pour accélérer la récupération fonctionnelle postopératoire et raccourcir la durée d’hospitalisation.

Stress oxydant et antioxydants : mythes et réalités (2008)

J.O. Defraigne, J. Pincemail

Rev Med Liege 2008, 63(S1),10-19

RÉSUMÉ : 1969 – 2009 : 40 ans de recherches intenses sur les rôles du stress oxydant et des antioxydants dans l’organisme humain se sont écoulés depuis la très importante publication de McCord et Fridovich en 1969 démontrant pour la première fois l’existence de la superoxyde dismutase (SOD), enzyme capable d’éliminer l’anion superoxyde qui résulte de la réduction univalente de l’oxygène. Actuellement, il est bien admis que le stress oxydant – un déséquilibre résultant d’une production accrue des espèces oxygénées de l’oxygène (EOA) et d’une altération à la baisse des défenses antioxydantes – intervient dans le décours de diverses pathologies (maladies cardiovasculaires, cancer, diabète sucré,…). Toutefois, il a été démontré que, de façon paradoxale, les EOA jouent un rôle physiologique très important en favorisant des mécanismes naturels de défense (e.g. l’apoptose). Ceci peut expliquer en partie pourquoi les nombreuses études d’intervention menées avec des antioxydants pris de façon chronique sont loin d’avoir montré les résultats spectaculaires attendus dans la prévention ou les complications associées à ces pathologies. L’étude SUVIMAX récemment menée en France sur près de 15.000 sujets sains en est une excellente illustration : effet très protecteur des antioxydants à des doses nutritionnelles chez les hommes (bas statut en antioxydants) contre le cancer de la prostate, aucun effet cardio- protecteur voire même une hausse des cancers de la peau chez les femmes (statut antioxydant peu altéré). Depuis peu, une attention toute particulière est apportée quant aux effets protecteurs sur la santé d’une alimentation riche en fruits et légumes (5 portions par jour) naturellement riches en antioxydants de toutes sortes (vitamine C, caroténoïdes, polyphénols).

Thérapie cellulaire en pathologie osseuse (2008)

J.P. Hauzeur, H. Van Cauwenberge, M. Malaise, E. Baudoux, C. Lechanteur, V. Gangji

Rev Med Liege 2008, 63(S1),20-25

RÉSUMÉ : Le remodelage osseux est un processus physiologique complexe incluant des facteurs cellulaires, vasculaires, des cytokines et des facteurs de croissance. L’ostéocyte semble jouer un rôle clé déclenchant, selon les signaux reçus, ce processus. Celui-ci implique les ostéoblastes et ostéoclastes et les cellules souches progénitrices mésenchymateuses présentes dans la moelle osseuse. Ce remodelage osseux peut être déficitaire dans différentes affections osseuses. Nous étudions l’effet de la thérapie cellulaire sur de tels déficits. Nous développons deux approches : la première utilise de la moelle osseuse autologue enrichie par concentration en cellules mésenchymateuses. Ce concentré est injecté dans la lésion selon une technique originale uniquement percutanée. Ce traitement a démontré son efficacité dans des ostéonécroses non fracturaires de la tête fémorale. L’effet à 2 ans est significatif sur la douleur, la fonction, la prévention du collapsus et sur la réduction de la zone nécrosée. Une seconde approche explore l’effet de cellules déjà différenciées dans la lignée ostéoblastique. La moelle osseuse est mise en culture pour provoquer in vitro la prolifération et la différentiation des cellules mésenchymateuses en préostéoblastes. Les cellules sont ensuite injectées en percutané dans la zone lésée. Nous appliquons ce traitement à des cas de pseudarthrose. Les résultats préliminaires sont encourageants.

Les voies mystérieuses de l\'autisme (2008)

V. Th. Ramaekers

Rev Med Liege 2008, 63(S1),26-34

RÉSUMÉ : Les troubles du spectre autistique sont caractérisés par une triade d’altérations touchant les interactions sociales, la communication verbale et nonverbale ainsi que la restriction des centres d’intérêts se limitant à des rituels et à des stéréotypies. L´origine de l’autisme résulte de l’interaction de facteurs défavorables, d´une part, environnementaux et, d´autre part, génétiques dont les mécanismes exacts n´ont pas encore été clairement identifiés. Les recherches les plus récentes ont permis de mettre en évidence que des facteurs épi-génétiques régularisent l´expression des gènes parmi les «doubles syndromes», c´est-à-dire les syndromes génétiques associés à l’autisme comme le syndrome de Rett, l´X fragile et le syndrome d´Angelman. Les recherches ont aussi révélé la fréquence élevée d´un stress oxydant dans la genèse de l’autisme, mais les causes exactes n´en ont pas été précisées. Nos travaux ont porté sur l’hypothèse qu´une carence cérébrale en 5-méthyltétrahydrofolate était une cause importante dans la genèse de l’autisme typique chez un groupe de patients présentant, en outre, des troubles neurologiques. Chez un certain nombre de patientes atteintes du syndrome de Rett, un déficit cérébral en folates a été retrouvé aussi. Un mécanisme majeur engendrant le déficit cérébral en folates, résulte de la présence dans le sérum d´auto-anticorps bloquants, dirigés contre le récepteur du folate, localisé aux plexus choroïdes. Nos recherches in vitro ont révélé qu´un deuxième mécanisme du déficit cérébral en folates peut être attribué à un catabolisme du 5-méthyltétrahydrofolate ou à la destruction des membranes cellulaires après exposition à un stress oxydant. Nos résultats préliminaires obtenus chez des autistes typiques ont confirmé la présence de marqueurs du stress oxydant. Ils plaident en faveur de l´hypothèse d’une voie commune intervenant dans un trouble de l’homéostasie des folates dans le système nerveux central. Ce trouble affecte la méthylation de l’ADN avec, comme conséquence, des altérations de régulation épi-génétique touchant l´expression de gènes développementaux du système nerveux et de gènes neuronaux spécifiques.

Intérêt de la mesure de l\'inflammation bronchique dans l\'asthme (2008)

R. Louis

Rev Med Liege 2008, 63(S1),35-38

RÉSUMÉ : L’asthme est une maladie inflammatoire chronique des voies aériennes et réclame un traitement d’entretien anti-inflammatoire bronchique. Il existe aujourd’hui deux techniques validées qui permettent d’évaluer de façon non invasive et répétée le degré d’inflammation bronchique des patients asthmatiques. Il s’agit, d’une part, de l’analyse cytologique et, en particulier, celle des éosinophiles dans les expectorations induites et, d’autre part, de la mesure du monoxyde d’azote dans l’air exhalé (ex NO). L’application de ces techniques est une aide au diagnostic et à la prise en charge des patients asthmatiques. En effet, le fait de s’assigner comme cible d’ajustement le taux des éosinophiles des expectorations plutôt que les symptômes ou la fonction respiratoire conduit à une réduction des exacerbations sévères et des hospitalisations.

Cocaïne dans nos rivières : une approche méthodologique originale dans le domaine de la toxicologie environnementale (2008)

L. Theunis, A.L.N. van Nuijs, B. Pecceu, N.Dubois, P.G. Jorens, L. Bervoets, R. Blust, H. Neels, A.Covaci, C. Charlier

Rev Med Liege 2008, 63(S1),39-43

RÉSUMÉ : Cette étude propose une approche originale permettant d’évaluer la consommation de cocaïne en Belgique par l’analyse des eaux usées. La cocaïne et son métabolite principal, la benzoylecgonine, ont été recherchés et quantifiés dans les eaux de 41 stations d’épuration et dans des eaux de surface de 28 cours d’eau répartis sur tout le territoire belge. Deux campagnes de prélèvements d’eaux usées réalisées à des moments différents de l’année ont permis une estimation de l’usage de cocaïne dans une population avoisinant 4 millions de Belges. Par extrapolation, la consommation annuelle totale de cocaïne en Belgique a été appréciée à plus de 1,75 tonne, soit environ 17 millions de doses. Les quantités de cocaïne retrouvées dans les eaux usées sont les plus importantes le week-end et dans les grandes villes, même si tous les prélèvements analysés étaient positifs, ce qui fait de l’utilisation de la cocaïne en Belgique un véritable phénomène de société.

L\'implant dentaire : défi technologique (2008)

E. Rompen

Rev Med Liege 2008, 63(S1),44-46

RÉSUMÉ : Les implants dentaires ont aujourd’hui atteint un niveau de fiabilité exceptionnel, avec des taux de succès de plus de 95 %, et ont de ce fait supplanté les techniques plus classiques de prothèse fixe ou amovible comme premier choix de remplacement de dent(s) manquante(s). Dans le même temps, des progrès importants sont faits pour réduire la durée globale de traitement et les suites opératoires liées à l’acte chirurgical. Cet article présente quelques-uns des axes actuels de recherche pour l’amélioration du fonctionnement des implants et la contribution qu’y apportent les équipes du CHU.

IRM interventionnelle : vers une neuronavigation entemps réel (2008)

D. Martin, M.T. Nguyen Khac, F. Scholtes, T. Racaru

Rev Med Liege 2008, 63(S1),47-51

RÉSUMÉ : La neuronavigation est un outil neurochirurgical qui peut être comparé au GPS. Elle sert à guider la procédure neurochirurgicale en visualisant les déplacements des instruments chirurgicaux sur les images préopératoires. En augmentant la précision du geste, elle permet d’atteindre des lésions parfois très petites ou difficiles d’accès tout en réduisant la morbidité et en augmentant l’efficacité. Elle présente cependant un écueil majeur. L’image utilisée par le système de navigation est obtenue avant l’intervention et ne peut être corrigée durant celle-ci. En raison des modifications anatomiques inhérentes à l’opération (modification du volume du liquide céphalo-rachidien, résection de la tumeur,…), il apparaît progressivement une discordance entre la réalité chirurgicale et l’imagerie. Les informations pertinentes se périment ainsi peu à peu et la précision se perd. L’IRM interventionnelle est le moyen de réactualiser la neuronavigation par des images de haute définition. De plus, elle permet de réaliser des contrôles intra-opératoires de la qualité du geste chirurgical.

Utilité de l\'intervention d\'un hélicoptère comme SMUR satellite (Service Mobile d\'URgence) dans le cadre de la programmation SMUR (2008)

D. Moens, P. Miermans, P. Camelbeek, G. Hartstein, V. D\'Orio

Rev Med Liege 2008, 63(S1),52-59

RÉSUMÉ : Depuis plusieurs années, le secours héliporté situé à Bra-Sur-Lienne démontre son efficacité et son efficience. Cette nouvelle étude confirme la bonne utilisation du vecteur (score de gravité et pourcentage d’intubation) dans cette région particulière. Elle démontre pour la première fois que, pour la pathologie traçante qu’est l’infarctus du myocarde aigu, le choix du vecteur héliporté permet de mettre les habitants de régions rurales mal desservies en secours urgents et plateaux de coronarographie à égalité avec les habitants de grandes villes.

Le syndrome d\'Ehlers-Danlos. Qu\'y a-t-il sous la pointe émergée de l\'iceberg ? (2008)

P. Quatresooz, T. Hermanns-Lê, G.E. Piérard

Rev Med Liege 2008, 63(S1),60-65

RÉSUMÉ : Le syndrome d’Ehlers-Danlos représente un ensemble hétérogène d’affections génétiques du tissu conjonctif. Elles sont très différentes sur les plans clinique, histologique, ultra-structural, moléculaire et génétique. De plus, il n’existe pas de relation exclusive entre chaque présentation clinique et une seule anomalie spécifique sur les plans génétique ou moléculaire. Enfin, l’examen clinique n’est pas à même de reconnaître les formes paucisymptomatiques du syndrome. Par conséquent, seule la «pointe émergée de l’iceberg» est identifiée à ce niveau d’exploration. La biologie moléculaire apporte une grande précision diagnostique, mais à ce jour, elle ne peut identifier qu’une partie des variantes du syndrome d’Ehlers-Danlos. C’est par la dermatopathologie combinant l’histologie conventionnelle, l’immunohistochimie et la microscopie électronique que le plus grand nombre de cas peuvent être identifiés dans le contexte d’une confrontation anatomo-clinique.

Centre hospitalier universitaire de Liège Revue Médicale de Liège depuis 1946
ISSN : 0370-629X et e-ISSN : 2566-1566
Rédacteur en chef : A.Scheen
Copyright : Revue Médicale de Liège 2002
Dernière modification : 14-10-2019
Université de Liège