RMLG -
La Revue Médicale de Liège est un outil de formation médicale continue s'adressant tant aux généralistes qu'aux spécialistes et aux étudiants.

EN FR

Inflammation et maladies inflammatoires chroniques
2022 - volume 77 (5-6)

 
Editorial. De l’inflammation aiguë aux maladies inflammatoires chroniques

Scheen AJ

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),253-255

Résumé non disponible

Apport du GIGA I3 (GIGA-Infection, Immunité et Inflammation) à la compréhension des interactions complexes entre l’individu et son environnement

Sadzot-Delvaux C

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),256-257

Résumé : La COVID-19 a mis en lumière la nécessaire synergie entre cliniciens et chercheurs dits fondamentalistes. Une telle synergie constitue l’ADN de GIGA I3 (GIGA-Infection, Immunité et Inflammation) et en fait sa richesse. Elle permet d’assurer le caractère translationnel des recherches menées sur des pathologies impliquant le système immunitaire dans un contexte infectieux ou non.

Les marqueurs biologiques de l’inflammation : faisons le point

Le Goff C, Ladang A, Gothot A, Cavalier E

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),258-264

Résumé : Le dosage des biomarqueurs de l’inflammation, tels que la vitesse de sédimentation, la protéine-C réactive et la procalcitonine, est utilisé quotidiennement dans le cadre du diagnostic, du pronostic et du suivi des patients fébriles ou souffrant de syndrome inflammatoire. Le but de cet article est de résumer les connaissances actuelles quant à ces principaux tests biologiques et d’aborder les nouveaux biomarqueurs ainsi que les nouvelles approches de dosage comme la technologie multiplex.

Maladies inflammatoires : aspects anatomo-pathologiques

Ledoyen A, Delvenne P

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),265-270

Résumé : Le but de cet article est de décrire le rôle joué par l’anatomie pathologique dans la prise en charge de maladies inflammatoires aiguës et chroniques. Les pathologies granulomateuses seront également abordées de même que certaines pathologies dysimmunitaires et des données récentes sur le rôle pronostique de la réponse inflammatoire antitumorale.

Rôle des neutrophiles et de leurs filets d’ADN dans les désordres inflammatoires du poumon

Radermecker C, Marichal T

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),271-276

Résumé : En 2004, une nouvelle caractéristique des neutrophiles était découverte : leur capacité à libérer des «Neutrophil Extracellular Traps» ou NETs. Depuis, ces structures font l’objet de recherches intensives afin de déterminer leurs fonctions dans diverses pathologies. Dans une première étude, nous avons identifié un rôle des NETs, libérés par des neutrophiles particuliers, dans l’induction de l’asthme allergique suite à l’exposition à trois environnements pro-allergiques distincts chez la souris. Dans une seconde étude, nous avons identifié la libération de NETs dans les poumons de patients atteints de formes sévères de la COVID-19 et ce, au niveau de différents compartiments anatomiques du poumon : les voies aériennes, l’espace interstitiel et les vaisseaux sanguins. Ces deux découvertes suggèrent que les NETs pourraient constituer des cibles thérapeutiques de choix dans diverses pathologies pulmonaires telles que l’asthme allergique et les formes sévères d’infections virales respiratoires.

Inflammation au cours de la COVID-19

Misset B, Parzibut G, Layios N, Cavalleri J, Delvenne Ph, Desmecht D, Rousseau AF, Lambermont B

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),277-284

Résumé : L’infection par le virus SARS-CoV-2 entraîne des tableaux de gravité variable. La biologie des formes graves comporte des critères d’inflammation et d’activation de la coagulation, ainsi que la circulation des cytokines pro- et anti-inflammatoires en grande quantité. Les formes les plus sévères comportent un syndrome de détresse respiratoire aiguë, voire une défaillance multiviscérale qui ressemble au sepsis d’origine bactérienne. Les essais thérapeutiques effectués dans ces formes graves indiquent que les corticoïdes en réduisent la mortalité, ce qui suggère que l’état hyper-inflammatoire peut être excessif plutôt qu’insuffisant dans notre défense contre l’infection virale. Plusieurs molécules plus sélectives que les corticoïdes sont à l’étude. Celles qui réduisent l’activité de l’interleukine 6 ont une certaine efficacité. L’état hyper-coagulable est peu influencé par les traitements anti-coagulants ou fibrinolytiques. Comme dans le sepsis bactérien, l’évolution se fera vers plus d’individualisation des traitements à partir de certains biomarqueurs, mais cette pratique se heurte encore à un manque de précision dans les outils diagnostiques.

Les probiotiques dans le traitement de l’asthme

Moermans C, Graff S, Gerday S, Schleich F, Guiot J, Njock MS, Louis R

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),285-288

Résumé : L’asthme est la maladie respiratoire chronique inflammatoire la plus prévalente dans le monde. Le microbiote intestinal est reconnu pour être intimement lié avec le développement de l’immunité dans le jeune âge et un dérèglement de cette flore intestinale a été impliqué dans l’apparition de la maladie asthmatique. De plus, une dérégulation du microbiote existe chez l’individu asthmatique. Les probiotiques sont des micro-organismes qui peuvent réguler notre microbiome, conférant un effet bénéfique potentiel sur la santé. De ce fait, leur utilisation dans la prévention et la prise en charge de l’asthme est attractive et pourrait ouvrir de nouvelles perspectives thérapeutiques. En effet, les probiotiques sont très bien tolérés et présentent une grande sécurité d’emploi, tout en possédant des propriétés anti-inflammatoires et immunorégulatrices. Cet article permet de faire le point sur l’état actuel des connaissances quant à leur utilisation dans le cadre de l’asthme.

L’asthme bronchique en pratique clinique : des phénotypes inflammatoires au traitement personnalisé

Schleich F, Graff S, Bougard N, Frix A-N, Peerboom S, Demarche S, Guissard F, Paulus V, Henket M, Calmès D, Moermans C, Louis R

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),289-294

Résumé : L’asthme est une pathologie inflammatoire chronique des voies respiratoires. Classer l’asthme en différents phénotypes inflammatoires a des implications thérapeutiques importantes et peut conduire à un traitement personnalisé. Le gold standard pour l’établissement du phénotype inflammatoire est l’analyse de l’expectoration induite qui est une technique complexe, difficilement accessible en routine. La combinaison de plusieurs biomarqueurs d’intérêt tels le monoxyde d’azote dans l’air exhalé, l’éosinophilie systémique et le taux d’IgE sérique permet de prédire correctement le phénotype inflammatoire dans 58% des cas. Récemment, nous avons également mis en évidence l’intérêt de la détection de molécules dans l’haleine. Ces composés organiques volatiles pourraient représenter des biomarqueurs futurs de la réponse au traitement, spécialement dans l’asthme sévère, pour lequel des traitements ciblés coûteux sont actuellement disponibles en vue de réduire les exacerbations et le recours aux corticostéroïdes oraux.

La bronchopneumopathie chronique obstructive. Une maladie inflammatoire chronique

Corhay JL, Bonhomme O, Heinen V, Moermans C, Louis R

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),295-301

Résumé : La Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) est une maladie provoquée par une réponse inflammatoire chronique suite à l’inhalation de la fumée de cigarette ou d’aérocontaminants toxiques pour les voies aériennes. Cependant, nous savons aujourd’hui que la BPCO est une maladie induisant non seulement une inflammation au niveau du parenchyme pulmonaire et des bronches, mais aussi une inflammation systémique qui peut jouer un rôle dans de multiples comorbidités. Ainsi, le traitement de la BPCO ne doit pas seulement se focaliser sur le versant bronchique dans le but de soulager les symptômes, d’améliorer la fonction respiratoire et de réduire le taux d’exacerbation, mais doit aussi s’étendre aux effets systémiques de la maladie.

L’athérosclérose, une maladie inflammatoire

Cagnina A, Chabot O, Davin L, Lempereur M, Maréchal P, Oury C, Lancellotti P

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),302-309

Résumé : L’inflammation chronique est reconnue comme un facteur contribuant au développement, à la progression et aux complications de l’athérosclérose. La nature inflammatoire de l’athérosclérose a été prouvée par la présence de cellules inflammatoires, de cytokines et chimiokines à tous les stades de celle-ci. Il existe une association largement acceptée entre les événements cardiovasculaires et les marqueurs inflammatoires sériques tels que la CRP, l’IL-6 et l’IL-1? produite via la voie de l’inflammasome. L’implication des processus inflammatoires dans l’athérosclérose et les progrès dans la stratégie thérapeutique sont détaillés dans l’article.

Inflammation, obésité et diabète de type 2. Rôle de l’inflammasome NLRP3 et du microbiote intestinal

Esser N, Paquot N

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),310-315

Résumé : Le diabète de type 2 est caractérisé par une hyperglycémie chronique survenant dans un contexte de résistance à l’insuline et de déficit de sécrétion d’insuline par les cellules ? du pancréas. Un état inflammatoire chronique à bas bruit est observé dans l’obésité et est associé au développement d’anomalies métaboliques. Les mécanismes moléculaires à l’origine de cette inflammation ne sont pas encore bien compris. La production d’interleukine-1? par les macrophages infiltrant les tissus cibles de l’insuline et les îlots pancréatiques joue un rôle important dans la pathogénie du diabète de type 2. Cette cytokine pro-inflammatoire est produite via l’activation de l’inflammasome NLRP3 en réponse à divers signaux de danger s’accumulant avec l’obésité, dont les acides gras saturés. La composition du microbiote intestinal diffère chez les sujets obèses par rapport aux individus minces, notamment en réponse à une alimentation riche en graisses saturées. Ces modifications pourraient entraîner le déclenchement d’un état inflammatoire chronique et favoriser l’émergence d’un diabète de type 2. Le microbiote pourrait, dès lors, constituer une cible thérapeutique dans la prévention et la prise en charge des anomalies métaboliques associées à l’obésité.

Stéatohépatite non alcoolique (NASH) : un modèle d’inflammation métabolique («métaflammation»)

Scheen AJ, Luyckx FH, Esser N, Lamproye A, Delwaide J, Paquot N

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),316-322

Résumé : Les maladies liées à un «foie gras», indépendamment de la consommation d’alcool («non-alcoholic fatty liver disease» ou NAFLD), sont en augmentation en raison de l’«épidémie» d’obésité et de diabète de type 2. Il s’agit d’un continuum comprenant la stéatose isolée, la stéatohépatite (NASH) et la fibrose avec, in fine, un risque accru de cirrhose et d’hépatocarcinome. Il a été proposé récemment de remplacer le terme NAFLD par MAFLD pour «Metabolic (dysfunction) Associated Fatty Liver Disease», ce qui reflète mieux la pathogénie de la maladie. L’inflammation joue un rôle clé dans l’aggravation du trouble et conditionne l’évolution pronostique. Cet article retrace l’histoire naturelle de cette pathologie métabolique sous-estimée, rappelle les critères diagnostiques utilisés en clinique, précise le rôle délétère de l’inflammation et conclut par quelques perspectives thérapeutiques.

Nouveautés dans la prise en charge des maladies inflammatoires chroniques intestinales

Reenaers C, Louis E

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),323-329

Résumé : De nouvelles stratégies sont disponibles pour la prise en charge des maladies inflammatoires chroniques intestinales. Elles ont pour but de fixer des objectifs précis, parfois très ambitieux dans les cas les plus sévères, tout en surveillant de façon étroite les patients à l’aide de biomarqueurs ou d’imagerie. Cette stratégie a démontré une meilleure efficacité sur le moyen et le long terme qu’un traitement standard basé sur les symptômes. à côté des anti-TNF, de nouveaux biologiques comme le védolizumab, un anti-intégrine, ou l’ustékinumab, un inhibiteur des interleukines 12 et 23, sont disponibles, tous deux présentant un excellent profil de sécurité et une efficacité soutenue au fil du temps. Des petites molécules anti-JAK (Janus Kinase) comme le tofacitinib sont accessibles pour le traitement de la rectocolite ulcéro-hémorragique (RCUH). Il s’agit de traitements oraux présentant une efficacité rapide. Le risque infectieux est similaire à celui des anti-TNF. Des inhibiteurs préférentiels des JAK seront bientôt disponibles pour le traitement de la maladie de Crohn et de la RCUH, avec un meilleur profil de sécurité potentiel. Le choix thérapeutique devient de plus en plus large, mais aussi de plus en plus complexe. Il doit se baser sur le profil du patient et de la maladie et doit nécessiter un avis spécialisé dans les situations difficiles.

Le glomérule dans tous ses états

Grosch S, Erpicum P, Bouquegneau A, Jouret F, Bovy C

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),330-337

Résumé : Les glomérulonéphrites sont des atteintes inflammatoires du glomérule. Il s’agit de pathologies rénales rares et hétérogènes. Tous les compartiments glomérulaires peuvent être touchés. Les répercussions cliniques sont diverses. Elles se manifestent par une hématurie, une protéinurie et/ou une altération de la fonction rénale, présente chacune de manière isolée ou combinée. Deux principaux syndromes clinico-biologiques sont décrits : le syndrome néphrotique et le syndrome néphritique. Au sein de cette dernière entité, on distingue une forme plus sévère, les glomérulonéphrites rapidement progressives grevées du plus mauvais pronostic. Ces différents tableaux cliniques sont en lien avec des lésions glomérulaires spécifiques. Ainsi, les atteintes podocytaires sont principalement responsables des syndromes néphrotiques, les atteintes mésangiales sont responsables de protéinurie et d’hématurie et les atteintes endothéliales sont responsables de syndromes néphritiques et de glomérulonéphrites rapidement progressives. Les approches thérapeutiques comprennent des mesures non spécifiques, hygiéno-diététiques et pharmacologiques, visant à réduire les différents facteurs de risque, et des mesures spécifiques avec l’utilisation de divers médicaments immunosuppresseurs.

Diagnostic et prise en charge thérapeutique du rejet en transplantation rénale

Erpicum P, Bonvoisin C, Grosch S, Bovy C, Pinto Coelho P, Detry O, Jouret F, Weekers L, Bouquegneau A

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),338-344

Résumé : Le rejet du greffon rénal fait intervenir de nombreux mécanismes de l’immunité innée et adaptative, responsables de lésions inflammatoires parenchymateuses impactant négativement le devenir au long cours du greffon rénal. La grande hétérogénéité dans la présentation clinique, biologique et histologique des rejets de greffe en fait des entités difficiles à prendre en charge en pratique clinique quotidienne. En effet, les stratégies thérapeutiques actuelles montrent des résultats assez décevants pour le traitement des rejets, ce qui a comme conséquence une diminution significative de la survie des greffons. Nous aborderons dans cet article les principaux mécanismes effecteurs des rejets, leur classification histologique ainsi que les traitements existants et en cours de validation.

Maladie du greffon contre l’hôte aiguë et chronique après allogreffe de cellules souches hématopoïétiques

Barzin A (1), Geurten C, Willems E, Baron F, Beguin Y, Servais S

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),345-353

Résumé : La maladie du greffon contre l’hôte («greffe-versus-hôte», GVH) aiguë et/ou chronique est une complication sérieuse de l’allogreffe de cellules souches hématopoïétiques (CSH). Elle correspond à des manifestations inflammatoires et/ou fibrotiques multisystémiques qui se produisent lorsque les cellules immunitaires dérivées de la greffe (et donc originaires du donneur) reconnaissent les tissus sains du receveur comme étrangers et réagissent contre eux. La GVH aiguë est l’une des principales causes de mortalité hors rechute post-greffe. La GVH chronique peut être très invalidante dans sa forme sévère et peut également être responsable d’une mortalité tardive, principalement due à un déficit immunitaire à long terme et à des infections opportunistes. À l’opposé, la GVH est associée à certains effets bénéfiques chez les patients transplantés pour des hémopathies malignes, par les effets simultanés favorables du «greffon contre la tumeur». Par conséquent, l’un des défis de l’allogreffe de CSH est la prévention et le traitement des formes sévères de GVH, sans perdre les effets bénéfiques anti-tumoraux du greffon.

Inflammation et cancer : une relation complexe à double sens

Scheen AJ, Noël A, Delvenne Ph, Jérusalem G

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),354-360

Résumé : Les relations entre inflammation et cancer sont connues depuis les travaux pionniers de Virchow au 19ème siècle et ont été largement confirmées depuis lors. En fait, il s’agit d’une relation à double sens et la question est de savoir quel est le primum movens. De nombreuses observations cliniques ont montré qu’un état inflammatoire chronique, tel qu’on peut l’observer avec certaines infections, certains toxiques ou encore des maladies dysimmunitaires, peut être associé, à terme, au développement d’un cancer. Par ailleurs, le cancer s’accompagne généralement d’un microenvironnement inflammatoire, avec de nombreuses composantes cellulaires et humorales, qui favorise la tumorigenèse et l’invasivité de la tumeur. Cet article a pour objectif de définir la physiopathologie de cette association, en décrivant les mécanismes et médiateurs sous-jacents, et d’en déterminer les éventuelles implications thérapeutiques.

Les thyroïdites

Trebillod M, Petignot S, Pétrossians P

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),361-369

Résumé : Les thyroïdites désignent, au sens large, toutes les pathologies inflammatoires de la thyroïde, qu’elles soient auto-immunes, infectieuses ou médicamenteuses. Dans les maladies auto-immunes, les thyroïdites auto-immunes, dont la maladie de Hashimoto et la maladie de Basedow, sont les plus communes. Le tableau clinique et l’anamnèse sont parfois très révélateurs de la pathologie et de son étiologie. Les examens complémentaires permettent de confirmer l’hypothèse diagnostique et de suivre l’évolution de la maladie. Parfois, le tableau est moins typique avec des formes mixtes associant deux entités (comme une maladie de Basedow et de Hashimoto). Le diagnostic est, dans ces cas, moins évident et la prise en charge thérapeutique peut nécessiter une adaptation dans le temps.

L’endométriose est-elle une pathologie inflammatoire ?

Brichant G, Moïse A, Nisolle M

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),370-376

Résumé : L’endométriose est définie par la présence de cellules stromales et épithéliales endométriales en dehors de la cavité utérine. Considérée comme une pathologie inflammatoire chronique, elle touche environ 10 % des femmes en âge de procréer et est responsable de douleur pelvienne et d’infertilité. Sa pathologie est complexe et le traitement sera médical et/ou chirurgical. Le traitement médical consistera à soulager la douleur grâce à des antalgiques et une hormonothérapie, mais aucune des molécules utilisées actuellement ne permet l’éradication de l’endométriose. Le traitement médical échoue fréquemment. Il est estimé que 10 % des patientes ne seront pas soulagées par une hormonothérapie seule et nécessiteront le recours à des anti-inflammatoires. Le rôle prépondérant des cellules et cytokines inflammatoires dans la survenue de la maladie permet d’envisager des thérapies ciblées.

Dermatite atopique : la révolution thérapeutique est en marche

Damsin Th, Libon F, Nikkels AF, Dezfoulian B

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),377-383

Résumé : Les perspectives thérapeutiques pour les patients atteints de dermatite atopique modérée à sévère ont été complètement bouleversées en 2017 avec l’arrivée sur le marché de la première thérapie ciblée, le dupilumab. Cet anticorps monoclonal dirigé contre les interleukines 4 et 13 permet d’atteindre des scores d’amélioration clinique encore inespérés il y a quelques années. Depuis, d’autres biothérapies comme le tralokinumab sont arrivés sur le marché européen, mais également des petites molécules appelées «inhibiteurs JAK» (upadacitinib, baricitinib, etc.). Cet article présente un état des lieux des options thérapeutiques existantes ou imminentes pour la prise en charge de la dermatite atopique.

La sclérose en plaques : une maladie neurologique dysimmunitaire inflammatoire

Dive D, Dauby S, Lommers E, Hansen I, Groenendyck D, Ernon C, Maquet P

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),384-391

Résumé : La sclérose en plaques est une maladie auto-immune du système nerveux central qui concerne la substance blanche mais aussi la substance grise. Sa physiopathologie est beaucoup mieux connue. Elle résulte de l’interaction entre des facteurs génétiques de susceptibilité et environnementaux. Le rôle du virus EBV a été récemment souligné. Les techniques d’imagerie et les connaissances de neuropathologie ont permis de distinguer plusieurs processus distincts responsables d’une inflammation focale, mais également plus diffuse. Les progrès thérapeutiques des dernières années sont considérables. Différentes molécules et séquences de traitements peuvent être proposées au patient avec un impact positif démontré sur le risque de progression secondaire du handicap. La précision du suivi est un élément clé de la prise en charge. Elle requiert une utilisation optimale, et surtout précoce, des différents traitements. Le choix thérapeutique doit être guidé par l’obtention d’une stabilisation de la maladie, tant sur le plan clinique qu’en imagerie, sans exposer le patient à un risque excessif d’effets secondaires négatifs. Des traitements continus et séquentiels sont disponibles.

Maladies auto-inflammatoires monogéniques. Une introduction sur un mode translationnel aux inflammasomopathies

Moutschen M

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),392-398

Résumé : Les maladies auto-inflammatoires désignent une vaste gamme de maladies dues, avant tout, à une anomalie de régulation de l’immunité naturelle. Certaines sont polygéniques et très influencées par l’environnement, d’autres sont monogéniques. Cet article est consacré à une famille de maladies auto-inflammatoires monogéniques très importante car elle comprend l’emblématique fièvre familiale méditerranéenne, la première maladie auto- inflammatoire décrite comme telle et qui touche lourdement les populations de l’Est de la Méditerranée. Nous aborderons les mécanismes de régulation des inflammasomes et l’impact de certaines mutations sur leur fonctionnement. Les principes généraux du traitement et du diagnostic seront aussi abordés. Les autres maladies auto- inflammatoires, dont les interféronopathies de type 1 et les anomalies de l’axe NF-?b et du TNF-?, mériteraient d’être traitées ultérieurement.

Les médicaments anti-inflammatoires : des anciens classiques aux biothérapies et inhibiteurs de JAK

Scheen AJ

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),399-409

Résumé : Les anti-inflammatoires sont des médicaments connus de longue date et qui restent encore parmi les plus utilisés en pratique clinique. Ils appartiennent à diverses classes pharmacologiques et agissent via des mécanismes biochimiques très différents. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, issus des travaux concernant l’acide acétylsalicylique, et la cortisone avec ses multiples dérivés (glucocorticoïdes) restent la base du traitement des maladies caractérisées par une inflammation, qu’elle soit aiguë ou chronique. Certaines molécules anciennes, connues aussi pour leur action anti-inflammatoire, gardent une place dans des indications spécifiques, comme la colchicine et le méthotrexate. Mais la grande révolution des deux dernières décennies provient de la mise sur le marché des médicaments biologiques avec, d’abord, la percée des agents anti-TNF? pour évoluer vers des anticorps monoclonaux ciblant diverses interleukines pro-inflammatoires (IL-1, IL-6, IL-5, IL-17, IL-23, …). Enfin, de petites molécules, inhibitrices des JANUS kinases et de la tyrosine kinase 2, ouvrent également des alternatives dans des maladies sévères, résistantes aux autres agents anti-inflammatoires. L’intérêt pour les médicaments anti-inflammatoires a été ravivé depuis la pandémie COVID-19.

EPILOGUE. L’inflammation, un processus clé dans de nombreuses pathologies

Scheen AJ

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),410-411

Résumé non disponible

Liste des numéros thématiques et des suppléments à thème de 1996 à 2022

Rev Med Liege 2022, 77(5-6),412-412

Résumé non disponible

Centre hospitalier universitaire de Liège Revue Médicale de Liège depuis 1946
ISSN : 0370-629X et e-ISSN : 2566-1566
Rédacteur en chef : A.Scheen
Copyright : Revue Médicale de Liège 2002
Dernière modification : 03-06-2022
Université de Liège