Problème d'affichage ? Veuillez passer à une version plus récente de votre navigateur

Display problems? Please use a recent version of your navigator.
FR
RMLG - Accueil : Articles du numéro en cours
La Revue Médicale de Liège est un outil de formation médicale continue s'adressant tant aux généralistes qu'aux spécialistes et aux étudiants.

EN FR

2020 - volume 75 (3)

 
L’image du mois. Le lipoléiomyome : une tumeur rare de l’utérus

Jamoulle JF, Brisbois D

Rev Med Liege 2020, 75(3),137-139

Résumé : Le lipoléiomyome utérin est une pathologie rare et bénigne dont l’étiopathogénie est encore mal connue. Le tératome kystique bénin de l’ovaire constitue son diagnostic différentiel principal et primordial au vu des prises en charge différentes. L’IRM pelvienne est la technique d’imagerie de choix pour en confirmer le diagnostic.

Comment je traite... une lithiase cholédocienne par cholangiographie rétrograde chez un patient avec bypass gastrique

Bruwier L, Colard A, Plomteux O, Bastens B

Rev Med Liege 2020, 75(3),140-144

Résumé : La réalisation d’une cholangiographie rétrograde (CPRE) chez les patients avec un bypass gastrique a longtemps posé des difficultés. Durant les dernières années, quelques techniques ont été développées pour permettre l’extraction de lithiases cholédociennes chez ces patients. Récemment, une nouvelle technique consistant à créer une fistule gastro-gastrique avec la mise en place d’un stent permettant le passage du duodénoscope a montré un excellent taux de réussite, avec un bon profil de sécurité et un faible taux de complications.

Cas clinique. Tumeur trophoblastique épithélioïde avec métastase pulmonaire

Berg J, Bonduelle Y, Golinval O

Rev Med Liege 2020, 75(3),145-150

Résumé : Les tumeurs trophoblastiques épithélioïdes sont des maladies rares faisant partie des néoplasies gestationnelles trophoblastiques (comme le choriocarcinome et la tumeur trophoblastique du site placentaire, par exemple). Leur détection repose sur le suivi du taux de ?HCG post-grossesse ou post-fausse couche. Les tumeurs trophoblastiques épithélioïdes ont une propension à causer des métastases pulmonaires. Nous décrivons l’histoire d’une femme de 44 ans présentant une lésion kystique du poumon survenue dans les suites d’une fausse couche et s’avérant être une tumeur trophoblastique épithélioïde. Le suivi attentiste post-chirurgical constate un état de rémission complète prolongée.

Cas clinique. Angioedème bradykininique induit par inhibition de l’enzyme de conversion de l’angiotensine

Ndjekembo Shango D, Simonet O, Vallot F, Defendi F, De Kock M

Rev Med Liege 2020, 75(3),151-153

Résumé : Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IEC) sont la cause la plus fréquente d’angioedème bradykininique. Ceux-ci se confondent facilement avec l’angioedème histaminique, pouvant causer un retard diagnostique et donc une mauvaise prise en charge initiale, délétère pour le patient. Nous rapportons le cas d’un patient présentant un angioedème induit par le périndopril, avec une atteinte laryngée nécessitant une intubation orotrachéale en urgence. Le diagnostic a été posé a posteriori et le dosage des activités des enzymes du catabolisme des kinines - aminopeptidase P (APP), carboxypeptidase N (CPN) et enzyme de conversion de l’angiotensine (ECA) - a démontré une diminution des activités APP et ECA. Le diagnostic n’étant pas posé initialement, les traitements spécifiques - concentré de C1 inhibiteur ou antagoniste des récepteurs B2 de la bradykinine (Icatibant) - n’ont pas été administrés. Tout angioedème sous IEC doit être considéré comme un angioedème bradykininique.

Recommandations dans le diagnostic et la prise en charge de la syncope sur hypotension orthostatique

Antole N, Scheen AJ, Ancion A, Marechal P, Lancellotti P

Rev Med Liege 2020, 75(3),154-158

Résumé : Les syncopes sont un motif fréquent d’admission aux urgences ou de consultation. Le mécanisme physiopathologique commun est une chute de la pression artérielle systémique conduisant à une hypoperfusion cérébrale, et, in fine, à une perte de connaissance. Les causes sont multiples, avec une gravité variable, classées en trois grands types : les syncopes réflexes, les syncopes dues à une hypotension orthostatique et les syncopes d’origine cardiaque. Parmi celles-ci, l’hypotension orthostatique peut être facilement dépistée, notamment via la réalisation d’un test d’orthostatisme, qui est recommandé face à toute syncope. Des mesures simples permettent de réduire la récurrence de ce type de syncope, même si, parfois, le recours à des traitements médicamenteux est nécessaire. Dans cet article, nous résumons les caractéristiques cliniques, les méthodes diagnostiques et la prise en charge recommandées récemment par la Société Européenne de Cardiologie.

Nouvelle approche de régulation de la demande de soins non planifiés : l’application interactive d’auto-triage ODISSEE

Gilbert A, Brasseur E, Ghuysen A, D’Orio V

Rev Med Liege 2020, 75(3),159-163

Résumé : La régulation de la demande de soins non planifiés fait partie des approches envisagées pour obtenir une meilleure répartition de la demande de soins parmi les différents intervenants de la santé. En effet, tant la première ligne de soins que les services d’urgence font face à des flux de patients conséquents, saturant fréquemment les ressources qu’ils possèdent pour y répondre. L’apparition de nouvelles technologies et l’entrée dans la pratique courante de la diffusion de l’information médicale se sont révélées être des précurseurs de nouvelles stratégies adaptatives, mais également de nouveaux défis quotidiens. La création d’une application interactive permettant l’auto-triage du patient vers la ligne de soins la plus appropriée fait intervenir ces différents concepts. Nous avons donc développé une plateforme interactive, l’application ODISSEE (Outil Décisionnel et Informatif des Structures de Soins Efficientes Existantes), permettant au patient d’autoévaluer la gravité de son problème et de bénéficier d’un conseil avisé sur le niveau de soins à envisager. Les protocoles utilisés sont directement issus d’un outil créé précédemment dans notre institution et ayant fait ses preuves durant 5 années d’utilisation, l’outil SALOMON (Système Algorithmique Liégeois d’Orientation pour la Médecine Omnipraticienne Nocturne). La création d’un système interactif d’auto-triage du patient le guidant vers le niveau de soins le plus approprié pourrait être une méthode prometteuse pour la régulation de la demande de soins non planifiés.

L’ostéo-odonto-kératoprothèse : une dent pour retrouver la vue

Grobet P, Duchesne B, Jaumotte M, Pepinster F, Gilon Y

Rev Med Liege 2020, 75(3),164-170

Résumé : En tant que cause majeure de cécité dans le monde, les maladies de la cornée se trouvent au second rang après la cataracte. L’épidémiologie des maladies cornéennes est complexe et englobe une grande variété de maladies oculaires infectieuses (trachomes) et inflammatoires, de séquelles immunitaires (pemphigoïde oculaire cicatricielle, syndrome de Lyell) ou après traumatisme (brûlure chimique). Le traitement habituel en cas de maladie cornéenne grave est la greffe cornéenne par kératoplastie transfixiante. Cependant, l’échec de cette technique est pratiquement inéluctable lorsque la surface oculaire est gravement compromise. La kératoprothèse représente alors la seule option viable pour restaurer la vue chez ces patients. Seulement pratiquée par moins d’une dizaine d’équipes dans le monde, la technique de l’ostéo-odonto-kérato-prothèse (OOKP) est pratiquée au CHU de Liège. Elle nécessite une collaboration étroite entre ophtalmologues et chirurgiens maxillo-faciaux expérimentés. Grâce au prélèvement d’une dent et de ses tissus de soutien, les patients atteints de cécité cornéenne bilatérale peuvent bénéficier de cette technique afin de récupérer une acuité visuelle optimale de manière durable.

Séméiologie et physiopathologie des vertiges : orientation pour déterminer l’invalidité et l’incapacité

Boniver R

Rev Med Liege 2020, 75(3),171-175

Résumé : Après un rappel de la séméiologie et de la physiopathologie des vertiges, l’auteur envisage les invalidités et incapacités qui en résultent.

Le diabète est-il un facteur de risque d’infection urinaire dans les obstructions urétérales ? Résultats d’une étude rétrospective

Moreau E, Jorion JL, Dardenne E, Rahier O, Tombal B

Rev Med Liege 2020, 75(3),176-179

Résumé : Cette étude rétrospective a pour but de déterminer si les patients diabétiques sont plus à risque de développer une infection urinaire en cas d’obstruction urétérale. 804 patients ayant bénéficié de la mise en place d’une sonde JJ en urgence pour une lithiase urétérale ont été sélectionnés entre le 1er janvier 2004 et le 31 décembre 2014 à la Clinique Saint Pierre d’Ottignies, à Ottignies Louvain la Neuve, Belgique. Ces patients ont été répartis en 2 groupes suivant qu’ils étaient ou non suspects d’infection urinaire associée. Dans le groupe des patients infectés, 82 patients étaient diabétiques alors qu’ils étaient 46 dans le groupe des patients sans infection urinaire. Les résultats montrent qu’il existe une différence significative entre les deux groupes en présence de diabète (p < 0,001). Cette étude montre un risque accru d’infection urinaire en cas d’obstruction urétérale chez les patients diabétiques. Un traitement invasif pourrait donc être envisagé plus rapidement.

Syndrome de désadaptation psychomotrice

Manckoundia P, Mourey F

Rev Med Liege 2020, 75(3),180-184

Résumé : Le syndrome de désadaptation psychomotrice (SDPM) fut initialement décrit par l’école de Gériatrie dijonnaise (France), il y a trois décennies, sous l’appellation «syndrome de régression psychomotrice». Si la description clinique initiale reste inchangée, des progrès furent cependant réalisés dans sa physiopathologie et sa prise en charge, d’où le nouveau nom, SDPM, apparu dans les années 1990. Le SDPM est aussi appelé syndrome de dysfonctionnement sous-cortico-frontal depuis les années 2000. Il traduit une décompensation posturale de la marche et des automatismes psychomoteurs, liée à une altération de la programmation posturo-motrice, consécutive à des lésions sous-cortico-frontales. Le SDPM se caractérise par une rétropulsion, des anomalies aspécifiques de la marche et des signes neurologiques (hypertonie réactionnelle, diminution des réactions d’adaptation posturale et des réactions parachutes …). Les signes psychologiques sont une peur de la marche, voire du lever dans la forme aiguë (syndrome post-chute), une bradypsychie avec anhédonie dans sa forme chronique. L’apparition du SDPM résulte de l’association de trois facteurs impliqués dans la diminution des réserves fonctionnelles, diminution liée à l’altération des structures sous-cortico-frontales : vieillissement, pathologies chroniques et situations aiguës réduisant le flux sanguin cérébral. La prise en charge du SDPM est pluridisciplinaire, incluant médecins, kinésithérapeutes, psychologues et équipe soignante.

Etude de cohorte rétrospective sur les effets indésirables du biosimilaire du rituximab (Rixathon®) en hématologie adulte et néphrologie pédiatrique

Videau M, Cotteret C, Sibon D, Schlatter J

Rev Med Liege 2020, 75(3),185-189

Résumé : L’objectif de ce travail est de décrire les effets indésirables du biosimilaire du rituximab en «vie réelle» dans les services d’Hématologie adulte et de Néphrologie pédiatrique. Les effets indésirables ont été codés selon la classification des «Common Terminology Criteria for Adverse Events» (CTCAE). Cinquante patients adultes ont été inclus pour un total de 126 cures et 11 enfants pour un total de 24 cures de biosimilaire. Chez l’adulte, des réactions liées à la perfusion du biosimilaire ont été caractérisées par un bronchospasme avec frissons, une réaction au point d’injection et un cas de vomissements. Chez les enfants, les réactions liées à la perfusion étaient similaires avec un bronchospasme, une réaction au point d’injection, un cas de vomissements, et un cas de selles liquides. Chez les adultes, les effets indésirables les plus fréquents étaient la neutropénie (13,5 %), une anémie (8,7 %), une thrombopénie de grade 1 (6,3 %), une asthénie (2,4 %), une infection (2,4 %). Chez les enfants, un cas de neutropénie de grade 4, une fièvre et une conjonctivite ont été enregistrés. Le profil d’effets indésirables du biosimilaire du rituximab chez les adultes et les enfants est rassurant.

La vignette diagnostique de l’étudiant. Ataxie subaiguë et chutes chez une patiente de 62 ans

Jedidi Z, Bianchi E, Moonen V, Jedidi H, Serre CH, Maquet P, Moonen G

Rev Med Liege 2020, 75(3),190-198

Résumé : Nous discutons la démarche sémiologique et diagnostique d’un cas d’ataxie chez une patiente de 62 ans, indemne de tout antécédent médical significatif. A l’occasion de cette vignette diagnostique, nous insistons sur trois aspects : 1. La nécessité de contextualiser la démarche pour éviter d’évoquer des diagnostics différentiels irréalistes; 2. La nécessité de choisir les examens complémentaires pertinents en les hiérarchisant en fonction de la probabilité de contribuer au diagnostic, de leur invasivité et de leur disponibilité, y compris de leur coût et 3. Le caractère évolutif de la démarche diagnostique qu’il faut pouvoir remettre en question au fil des informations que fournissent l’évolution du patient et les résultats des investigations.

Centre hospitalier universitaire de Liège Revue Médicale de Liège depuis 1946
ISSN : 0370-629X et e-ISSN : 2566-1566
Rédacteur en chef : A.Scheen
Copyright : Revue Médicale de Liège 2002
Dernière modification : 11-03-2020
Université de Liège